histoire-des-jeux-olympiques-d-hiver-media-sport_3.jpg

Histoire des Jeux Olympiques d’hiver. Media Sport Express fondateur Internet AO Sport Express rédacteur en chef Maxim M

Torleif Haug

Histoire des Jeux Olympiques d’hiver. Media «sport-express internet» fondateur de jsc «sport-express» rédacteur en chef maxim m

Les premiers Jeux olympiques d’hiver, qui ont eu lieu à Chamonix (France) en 1924, étaient à l’origine appelés «Semaine internationale des sports d’hiver». Mais elle a eu une telle résonance car elle a été annoncée exactement comme les premiers Jeux Olympiques d’hiver

L’arrivée du Premier ministre français Gaston Vidal à Chamonix

Le Premier ministre français Gaston Vidal à l’ouverture des Jeux (au milieu du box central)

Cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de 1924.

N

et la photo que vous voyez le salut olympique traditionnel des athlètes français, pas du tout fascistes – l’équipe allemande n’a pas participé aux jeux de 1924.

Soit dit en passant, en 1924, il n’y avait pas de symbole principal des Jeux Olympiques – Fire.

Les Jeux d’hiver ne se sont pas produits soudainement, et en parlant de leur histoire, il faut dire leur prototype – les Jeux du Nord, qui se sont déroulés de 1901 à 1926 à Stockholm. Il s’agissait de compétitions internationales spéciales organisées pour les compétiteurs de sports d’hiver.

L’équipe de France de hockey longe les tribunes avec des spectateurs.

Et lorsque le Comité international olympique a été créé en 1894, il était censé inclure le patinage sur glace dans le programme olympique. Cela a été partiellement mis en œuvre en 1908 et en 1920, lorsque certains sports d’hiver ont été inclus dans les jeux d’été comme.

Défilé des pays participants. Équipe de France

La cérémonie d’ouverture des premiers Jeux Olympiques d’hiver à Chamonix (25 janvier 1924)

Ainsi, aux Jeux de 1908, quatre séries de prix de patinage artistique ont été jouées. Le Suédois Ulrich Salhof est devenu le champion du programme obligatoire, le Russe Nikolai Panin-Kolomenkin dans le programme libre, le champion anglais Madge Sayers chez les femmes et le couple allemand: Anna Hübler et Heinrich Burger en double.

Lors de la session du CIO en 1911, une proposition a été faite d’organiser une semaine des sports d’hiver dans le cadre des prochains jeux, mais la Suède a échoué cette idée car elle avait peur de la compétition pour les Jeux du Nord. La Première Guerre mondiale a empêché la mise en œuvre de ces plans..

Mais déjà au programme des Jeux Olympiques de 1920 à Anvers étaient inclus des compétitions de patinage artistique et de hockey sur glace. Et la prochaine étape a été l’organisation finale des compétitions de sports d’hiver en tant qu’Olympiques indépendants, qui est finalement devenue une tradition.

293 athlètes sont arrivées aux premiers Jeux Olympiques d’hiver, dont 13 femmes de 16 pays.

Pays membres

Autriche, Belgique, Royaume-Uni, Hongrie, Italie, Canada, Lettonie, Norvège, Pologne, États-Unis, Tchécoslovaquie, Finlande, France, Suisse, Suède, Estonie *, Yougoslavie.

* Le représentant estonien figurait dans la demande de patinage de vitesse, mais il n’est toujours pas allé au départ, de sorte que l’Estonie n’a participé officiellement qu’aux jeux..

Gris: le pays n’a pas participé

Vert: 1-10 athlètes du pays ont participé

Bleu: 11-20 athlètes

Jaune: 21-30 athlètes

Rouge: plus de 30 athlètes.

Sports (entre parenthèses – le nombre de séries de médailles jouées)

Bobsleigh (1)

Patinage de vitesse (4)

Combiné nordique (1)

Ski de fond (2)

Saut à ski (1)

Patinage artistique (3)

Hockey sur glace (1)

Vues de démonstration:

Curling (1)

Compétitions de patrouille militaire (1)

Les femmes (il y en avait 11 en tout) n’ont participé qu’aux compétitions de patinage artistique.

Préparation à la compétition – déneigement du stade.

Des médailles ont été tirées au sort dans 14 compétitions dans 5 sports. Au programme des premiers Jeux Olympiques d’hiver: bobsleigh, ski (course, saut à ski, biathlon), patinage de vitesse, patinage artistique, hockey.

La première médaille d’or est revenue à Charles Jutrow, des États-Unis, qui a dépassé le norvégien Oscar Olsen en patinage de vitesse à 500 mètres. Les 14 médailles restantes sur 15 jouées dans ce sport ont été attribuées à des athlètes de Finlande et de Norvège..

Patineurs finlandais.

Le patineur finlandais Klas Tunberg a battu des records impressionnants sur des distances de 1 500 et 5 000 mètres, ainsi que sur tous les niveaux.

Seulement aux premiers Jeux olympiques, des médailles ont été attribuées aux équipes nationales de patineurs en résumant les résultats de quatre types de courses sur des distances de 500, 1500, 5000 et 10 000 mètres..

En ski, il n’y avait pas d’égale aux Norvégiens qui ont remporté 11 médailles d’or sur 12 tirées au sort. Le skieur finlandais Tapani a obtenu une médaille de bronze dans la course de 18 km.

Skieur le plus fort du monde de ces années, le Norvégien Torleif Haug a remporté trois médailles d’or et une de bronze.

Quatre Suisses sont devenus champions de bobsleigh.

Bobsledders – Participants aux Jeux.

Bobsledders – Participants au jeu.

Bobsleigh de 1924. L’équipe olympique sans casque de la Grande-Bretagne remporte sa médaille d’argent.

Le seul sport dans lequel une lutte acharnée s’est déroulée avec des athlètes de différents pays – Autriche, Grande-Bretagne, États-Unis, Finlande, France, Suisse, Suède, était le patinage artistique..

Les femmes ont participé uniquement au patinage artistique.

Les premières médailles en patinage artistique (de gauche à droite): Herma Szabo (Hongrie, or), Efel Mackelt (Grande-Bretagne, argent), Beatrice Lugran (USA, bronze).

L’Autrichienne Hermione Plank-Szabo est devenue la première championne olympique de Chamonix à avoir excellé en patinage artistique.

Les meilleurs athlètes en patinage artistique ont été les athlètes autrichiennes qui ont remporté deux médailles d’or: la compétition féminine, où il y avait 8 participants, a été remportée par la double championne du monde Herma Planck-Szabo, Helen Engelmann (championne du monde en 1913) et Alfred a remporté le patinage en couple Berger.

Compétition en couple.

Pierre et André Brunet – médaillés de bronze.

«Silver» a été remporté par un couple de Finlande, Louis et Walter Jacobson – ils ont également remporté le championnat du monde en 1911.

Le patineur d’or suédois Gillis Grafström est devenu le champion « d’or » chez les hommes.

La plus jeune participante aux Jeux olympiques était la patineuse Sonia Heni, qui n’avait que 11 ans.

Malgré le fait qu’elle ait pris la dernière place, sa performance a suscité la sympathie de son public, l’a inculpée d’un tel enthousiasme que les trois prochains Jeux olympiques, Sonya a remporté exclusivement «l’or» et, à la fin de sa carrière sportive, elle est devenue une star de cinéma hollywoodienne..

L’équipe de hockey du Canada, modèle 1924, était formée de joueurs du club amateur Toronto Granites. Aux Jeux de Chamonix, les «feuilles d’érable» ont remporté la deuxième médaille d’or olympique (ils ont remporté leur première médaille d’or aux Jeux d’Anvers en 1920).

En 1924, l’équipe canadienne de hockey a battu l’équipe américaine avec un score de 6: 1.

Les Canadiens qui ont joué au hockey contre les équipes de la Suisse, de la Tchécoslovaquie, de la Suède et du Royaume-Uni, ont marqué un total de 110 buts et n’en ont concédé que 3..

Les scores les plus dévastateurs de ces Jeux olympiques ont été de 33: 0 dans le match Canada-Suisse, 30: 0 – Canada-Tchécoslovaquie, 22: 0 – Canada-Suède, 22: 0 – USA-France.

Lors de la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques, un prix spécial a été décerné dans le domaine du sport, qui n’a pas moins joué un rôle dans la culture mondiale que les Jeux Olympiques eux-mêmes, à partir de la Grèce antique, mais n’étant jamais devenu une discipline olympique. Un prix spécial pour des réalisations dans le domaine de l’alpinisme a été décerné à une expédition tentant de gravir le mont Everest en 1922.

Résumé

Pour les organisateurs des Jeux, leurs résultats ont été déplorables. Malgré l’assurance de Coubertin que plus de 30 000 spectateurs participeront aux compétitions de skieurs et de patineurs, seulement 10 044 personnes ont payé de l’argent pour les billets (la seule source de revenus pour les organisateurs à l’époque) – un désastre pour les financiers. Néanmoins, à Chamonix, le CIO a pu faire l’essentiel: l’opinion publique a positivement accepté l’idée des Jeux d’hiver. En mai 1926, à Lisbonne, il a été décidé d’organiser les IIes Jeux d’hiver à Saint-Moritz, et la Semaine des sports d’hiver a été rebaptisée Ies Jeux olympiques d’hiver – ce fut le résultat de la difficile mission diplomatique du baron Pierre de Coubertin, dont le génie a donné à l’humanité une nouvelle fête sportive.

Scandales aux 1ers Jeux olympiques d’hiver

Le 4 février 1924, après le saut du capitaine de l’équipe américaine Anders Hogen, les juges se sont trompés d’arithmétique lors du calcul des points. En conséquence, l’athlète a pris la quatrième place au lieu du troisième prix. «Bronze» a été remis au Norvégien Torleif Haug. En 1974, lorsqu’un journaliste norvégien Jacob Vaag a étudié les archives des films olympiques, une erreur judiciaire a été prouvée. La fille de Torleif Haug a solennellement remis une médaille de bronze à Anders Hogen, 83 ans, à Oslo.

Compétitions de curling

Champions des Jeux de Chamonix – UK Curling Team

Curling 1924. Seules quatre équipes ont participé au tournoi de curling. De plus, 2 équipes représentaient la Suède. Et la première médaille d’or olympique dans ce sport a été remportée par les Britanniques.

En 2006, le CIO a décerné les médailles par équipe des Jeux de curling de 1924 après que le curling a finalement fait partie des sports olympiques et le journal Glasgow Herald a déposé une plainte au nom des familles des membres de l’équipe..

De 1924 à 1992, les Jeux olympiques d’hiver se sont déroulés dans les mêmes années que ceux d’été. Depuis 1994, les Jeux Olympiques d’hiver se déroulent avec un décalage de 2 ans par rapport aux Jeux Olympiques d’été.

Vidéo des JO de Chamonix

Chamonix (France)

Les sports d’hiver ont fait leurs débuts aux Jeux olympiques de 1908. Les organisateurs des Jeux d’été de Londres voulaient initialement inclure le patinage de vitesse dans le programme de compétition, mais se sont ensuite installés sur le patinage artistique. La deuxième tentative d’attirer les disciplines de la neige et de la glace sur l’orbite olympique a eu lieu en 1920 – le hockey sur glace a été introduit aux Jeux d’été d’Anvers.

Et enfin, les Jeux de Paris-1924 ont été précédés de la « Semaine des sports d’hiver ». Les phrases des Jeux olympiques d’hiver ont alors été évitées – les pays scandinaves et la Finlande étaient jaloux de l’apparition d’un concurrent direct à leurs Jeux du Nord. Comme il s’est avéré plus tard, les craintes des habitants du Nord étaient justifiées.

3

Avec

B

Total

1

La Norvège

4

7

6

17

2

La Finlande

4

4

3

11

3

Autriche

2

1

3

4

La Suisse

2

1

3

5

USA

1

2

1

4

Lieu – Chamonix, France

26 janvier – 4 février 1924

Nombre de pays participants – 16

Nombre d’athlètes participants – 258 (11 femmes, 247 hommes)

Jeux de médailles – 16

Vainqueur général – Norvège

Trois personnages principaux des Jeux selon SE

Torleif Heug (Norvège),

ski de fond

Classe Thunberg (Finlande),

patinage de vitesse

Harry Watson (Canada),

le hockey

LE TEMPS DE RESTER

Le CIO a reconnu la « Semaine des espèces d’hiver », tenue à la jonction de janvier et février 1924, comme les premiers Jeux olympiques blancs avec le recul – un an ou deux après la fin. Et un an plus tard, en 1926, les Jeux du Nord ont cessé d’exister..

D’une manière générale, l’adaptation de l’histoire est progressivement devenue une sorte de marque de fabrique du concours de Chamonix. En 1974, l’historien Jacob Hage a soudainement découvert que les juges avaient fait une erreur en comptant les points de saut à ski en 1924. À cause d’elle, le Norvégien Torleif Haug a été déclaré médaillé de bronze, puis son compatriote Anders Haugen, qui battait pavillon américain, n’a pas montré le troisième résultat.

Plombier de la ville de Drammen, Heug était considéré comme le personnage principal de la compétition à Chamonix – en plus du bronze controversé au tremplin, il avait deux médailles d’or en ski de fond et un autre titre de champion en biathlon. La perte de la médaille de bronze était peu susceptible de secouer la grandeur du Norvégien, dont la mémoire après sa mort subite d’une pneumonie en 1934 a été entièrement immortalisée en Norvège au nom des rues et des compétitions. La famille Torleif a accepté de transférer le prix à Haugen, qui avait déjà eu 86 ans en 1974. La cérémonie de restauration de la justice historique a eu lieu à Oslo avec la participation du vétéran et de sa fille Heug.

Mais les historiens ne se sont pas calmés à ce sujet. En 2006, le journal écossais Herald a remporté la reconnaissance par le CIO du statut officiel du tournoi de curling de Chamonix, qui était auparavant considéré comme indicatif.

Les compétitions sur « quilles sur glace » du point de vue moderne semblent étranges – elles ont réuni deux équipes suédoises. Le major Astley avant le match pour la deuxième place, comme si de rien n’était, est passé de l’équipe britannique à l’équipe suédoise.

De plus, Georges André, médaillé de bronze en équipe de France, a simultanément participé à des compétitions de bobsleigh. Cependant, toutes ces circonstances non triviales n’ont pas empêché le CIO de ratifier le tournoi de curling aux Olympiques blancs-1924 après 82 ans.

BATAILLE AVEC UNE VERSE

En janvier 1924, la commune de Chamonix, située au pied du Mont Blanc, la plus haute montagne d’Europe occidentale, a accueilli la « Semaine des espèces d’hiver ». Les options pour l’organisation de compétitions dans la ville de Gérardmer (Lorraine) et dans la station de Luchon-Superbanyer dans les Pyrénées ont également été examinées. En faveur de la vallée alpine, le fait que divers séjours au ski y aient été régulièrement organisés avant.

La municipalité locale a dû dépenser plus de deux millions de francs pour construire une patinoire avec des stands, des sauts et une piste de bobsleigh à Chamonix. Le Comité Olympique Français était sur le point de rembourser 50 mille francs, mais n’a finalement trouvé que la moitié du montant promis. Étant donné que seulement 10 000 billets ont été vendus au total pour la compétition, la Semaine est bien sûr devenue non rentable. Cependant, la réaction du public au festival sportif de Chamonix a été généralement très positive, et 88 journalistes accrédités ont glorifié la station alpine du monde entier..

Cependant, avant le début de la compétition, les autorités communales ont dû s’inquiéter beaucoup de la météo – à l’avenir, de telles expériences seront familières à presque tous ceux qui décident d’accueillir les Jeux d’hiver. Fin décembre, il n’y avait pas de flocon de neige dans la vallée de Chamonix, puis en quelques jours une chute de neige est tombée sur la ville et ses environs, et plus d’un mètre et demi de pluie est tombée. Lorsque le blizzard s’est calmé, le dégel a commencé, grâce auquel la patinoire construite avec tant de difficulté s’est transformée en étang. Et ce n’est qu’à la veille de la cérémonie d’ouverture que la nature a eu pitié des athlètes – le gel a frappé et les pistes avec le stade sont revenues à la normale.

Cependant, les conditions météorologiques n’étaient toujours pas idéales. Lors du marathon de ski, un fort vent glacial a soufflé sur 50 km, sous la pression duquel Torleif Haug a mis 3 heures 44 minutes pour parcourir la distance. Dans le même temps, le Polonais Shchepan Witkowski, qui a terminé avec le dernier résultat, a perdu deux heures et demie contre le champion, et 12 skieurs sur 23 n’ont pas réussi à trouver l’arrivée..

PREMIER BOYCOTT

Les résultats sportifs de la «Semaine» à Chamonix se sont avérés extrêmement bénéfiques pour les partisans de l’idée des Olympiades blanches – des représentants de huit pays de 16 participants à des compétitions ont remporté des médailles d’or. Elle ne ressemblait plus à une « cabale » alpine. Certes, pour des raisons politiques, les athlètes allemands n’étaient pas autorisés (ce pays était considéré comme l’instigateur de la Première Guerre mondiale), les athlètes estoniens et argentins sont arrivés à la compétition, mais pour une raison quelconque, ils ne sont pas allés au départ. Et l’Union soviétique, bien qu’elle ait reçu une invitation des Français, n’a pas laissé ses athlètes aller à Chamonix (cependant, comme tous les autres Jeux olympiques avant Helsinki-1952). Mais même sans boycott et boycott, les Jeux se sont révélés assez représentatifs et tout à fait dignes du statut olympique.

Le seul sport où la lutte pour l’or était pratiquement absente était le hockey à Chamonix. L’équipe canadienne, qui était représentée par une équipe amateur de vétérans de la Première Guerre mondiale de Toronto, n’a pas laissé de pierre à ses rivaux. Les Canadiens ont remporté cinq matchs avec un score total de 110: 3. Lors d’une rencontre avec les Suisses, qui s’est soldée par un score de 33: 0, le meilleur buteur des «feuilles d’érable» Harry Watson a été noté 13e buts. Au total, compte tenu de ce joueur de hockey, il y avait 37 buts, ce qui à ce jour est un record des Jeux d’hiver.

Un résultat important de la Winter Species Week a été la réussite des Norvégiens et des Finlandais, qui n’étaient pas du tout fans de l’idée de telles compétitions et ont décidé d’aller à Chamonix au dernier moment. Certes, l’un des plus grands athlètes norvégiens de l’époque – le patineur Oscar Matisen – n’avait en tout cas pas le droit de commencer sous les auspices du CIO, car il était un professionnel. Mais en l’absence de Mathisen, une star de la classe Thunberg est sortie de la piste de glace après la Finlande – après trois victoires, ainsi qu’une médaille d’argent et une de bronze à Chamonix, ils ont commencé à l’appeler «Paavo Nurmi on Ice», en la comparant avec le grand compatriote-coureur. Avec l’aide de Thunberg et Torleif Haug, les «pays nordiques» ont écrasé l’Amérique du Nord et la région alpine aux Jeux de Chamonix et se sont transformés d’adversaires des Jeux Olympiques blancs en ses ardents supporters.

Oleg SHAMONAEV

CHIFFRES ET FAITS

La Norvège a remporté l’épreuve par équipe, qui n’était devant la Finlande que par le nombre de médailles d’argent. Les Norvégiens ont marqué 17 récompenses (4 d’or, 7 d’argent et 6 de bronze) et les Finlandais – 11 (4, 4 et 3, respectivement). Fermé les trois meilleures équipes d’Autriche (2 d’or et 1 d’argent).

La dernière, 10e place au classement général a été remportée par la Belgique, qui a remporté le bronze en bobsleigh.

Les délégations les plus importantes ont été envoyées par le Royaume-Uni (44 athlètes), la France (43) et la Suède (31).

La plus petite était la délégation de la Lettonie (2 athlètes). L’Autriche, la Hongrie et la Yougoslavie comptaient chacune 4 personnes.

Le premier champion des Jeux olympiques d’hiver a été le patineur américain Charles Jethro, qui a remporté le 500 mètres. Il a parcouru cette distance en 44,0.

Un total de 16 séries de médailles ont été gagnées (surtout en patins – 5). 94 athlètes sont devenus médaillés.

Le nombre total de récompenses était de 49. En patinage de vitesse à une distance de 500 mètres, deux bronzes ont dû être attribués: le même résultat (44,8) a été montré par deux participants à la fois – Roald Larsen (Norvège) et Class Tunberg (Finlande).

Ce sont ces patineurs qui ont partagé la première place du nombre total de prix (5 chacun). Cependant, Thunberg a ajouté une médaille d’argent et une de bronze à 3 médailles d’or. Larsen n’est pas devenu champion: à son compte 2 deuxième places et 3 troisième.

Par le nombre de médailles d’or, Thunberg a partagé la première place avec le Norvégien Torleif Haug. Il est devenu champion de deux sports à la fois: le ski (18 km et 50 km) et le biathlon.

Les femmes n’ont joué que dans une forme de programme – patinage artistique.

C’est sous cette forme que la Norvégienne Sonia Heni (8e place), qui s’est avérée être la plus jeune participante aux Jeux, s’est produite. Au moment de l’ouverture des Jeux Olympiques, son âge était de 11 ans et 295 jours.

Et Karl August Kronlund, membre de l’équipe suédoise de curling, qui a remporté la médaille d’argent, est devenu le participant le plus âgé. Il avait 58 ans et 155 jours le jour de l’ouverture. Soit dit en passant, Kronlund est toujours le plus ancien olympien d’hiver.

Le Suédois Gillis Grafström est devenu le champion du patinage artistique. De plus, ces Jeux sont devenus sa deuxième victoire: auparavant, en 1920, il avait remporté l’or aux Jeux olympiques d’été d’Anvers. Grafström est ainsi entré dans l’histoire en devenant le champion des jeux d’été et d’hiver. Après 8 ans, sa réalisation a été répétée par l’Américain Eddie Egan – champion de boxe (Anvers-1920) et de bobsleigh (Lake Placid-1932).

L’équipe de hockey du Canada a remporté ses 5 matchs avec un score total de 110: 3. Elle était représentée aux Jeux par le club amateur des Toronto Granites, qui l’emportait sur la Tchécoslovaquie (30: 0), la Suède (22: 0), la Grande-Bretagne (19: 2), la Suisse (33: 0) et les États-Unis (6: 1).

Le meilleur buteur du tournoi de hockey canadien Harry Watson marque 46 (37 + 9) points – une moyenne de plus de 9 par match!

10 044 billets ont été vendus pour les compétitions de la première Olympiade blanche.

Sports représentés:

Bobsleigh

Patinage de vitesse

Combiné nordique

Ski de fond

Saut à ski

Patinage artistique

Hockey sur glace

Vues de démonstration:

Curling

Compétitions de patrouille militaire

Aux premiers Jeux olympiques d’hiver

293 athlètes sont arrivées, dont 13 femmes de 16 pays. Les meilleurs athlètes des pays du nord – la Norvège, la Finlande, la Suède ont participé aux Jeux olympiques.

Les médailles ont été tirées au sort dans 14 types de compétitions de 5 types de sports. Au programme des premiers Jeux Olympiques d’hiver: bobsleigh, ski (course, saut à ski, biathlon), patinage de vitesse, patinage artistique, hockey.

Les femmes ont participé uniquement au patinage artistique.

La première médaille d’or a été décernée à l’athlète américain Charles Jutrow, qui, dans une lutte acharnée avec le norvégien Oscar Olsen, a réussi à gagner le patinage de vitesse à une distance de 500 mètres. Cependant, toutes les autres médailles, 14 sur 15 jouées dans ce sport, ont été attribuées à des représentants de la Finlande et de la Norvège..

Le héros des premiers Jeux Olympiques d’hiver a été le patineur finlandais Klas Tunberg, qui a réussi à remporter des victoires convaincantes avec des records olympiques sur des distances de 1 500 et 5 000 m, ainsi que dans le concours complet..

Dans toutes les disciplines du ski, les gagnants étaient des athlètes norvégiens. Sur les 12 médailles jouées, ils n’en ont perdu qu’une. La médaille de bronze dans la course de 18 km est allée au skieur finlandais Tapani Nick. Trois médailles d’or et une de bronze ont été décernées au skieur le plus fort du monde de ces années, le Norvégien Torleif Haug.

Quatre de Suisse ont triomphé en bobsleigh.

Les athlètes du Canada, qui avaient un énorme avantage sur leurs rivaux, étaient imbattables au hockey. Ainsi, ils ont gagné contre l’équipe tchécoslovaque avec un score de 30: 0, et la Suisse – 33: 0.

Le seul sport qui se distinguait par la forte rivalité des athlètes de divers pays – l’Autriche, la Grande-Bretagne, les États-Unis, la Finlande, la France, la Suisse et la Suède était le patinage artistique. Les athlètes autrichiennes qui ont remporté deux médailles d’or étaient plus confiantes: la compétition féminine, avec 8 participantes, a été remportée par la double championne du monde Herma Plank-Szabo, et Helen Engelmann et Alfred Berger ont remporté le patinage en couple. Fait intéressant, Helen Engelman, bien qu’avec un partenaire différent, était championne du monde en 1913. Cependant, un exemple vivant de la longévité sportive a été démontré par les finalistes Louis et Walter Jacobson de Finlande. Ils ont d’abord remporté la Coupe du monde en 1911, ont été les champions des Jeux olympiques en 1920. La patineuse artistique suédoise Gillis Grafström a remporté la compétition masculine.

Au classement par équipe non officiel, les athlètes norvégiens ont gagné avec un avantage écrasant en remportant 122,5 points et 18 médailles – 4 d’or, 7 d’argent, 7 de bronze. Le deuxième était les Olympiens finlandais, avec 59,5 points et 9 médailles – 4 d’or, 3 d’argent, 2 de bronze et le troisième athlète américain avec 26 points et 3 médailles – 1 d’or et 2 d’argent.

.

Les compétitions mondiales intégrées de sports d’hiver, comme les Jeux olympiques d’été, sont organisées sous les auspices du CIO. Les premiers Jeux Olympiques d’hiver ont eu lieu en 1924. Au début, les Jeux d’hiver et d’été ont eu lieu la même année, mais, à partir de 1994, ils ont lieu à des moments différents. À ce jour, le programme des Jeux Olympiques d’hiver a considérablement augmenté, le nombre de participants a augmenté, parmi lesquels de nombreux athlètes des pays du Sud. Au début, les Scandinaves dominaient les Jeux olympiques d’hiver, mais au fil du temps, les athlètes d’autres régions figuraient parmi les favoris des Jeux olympiques d’hiver..

La montée des Jeux olympiques d’hiver.

Avec la création en 1894 du CIO, entre autres sports, il a été proposé d’inclure le patinage sur glace dans le futur programme olympique. Cependant, il n’y avait pas de disciplines «sur glace» lors des trois premiers Jeux Olympiques. Ils sont apparus pour la première fois aux Jeux de 1908 à Londres: les patineurs ont participé à 4 types de programmes. Dans l’exécution des figures obligatoires chez les hommes, le plus fort était le Suédois Ulrich Salkhov, en patinage libre – le Russe Nikolai Panin-Kolomenkin. La compétition chez les femmes a été remportée par Madge Sayers (Grande-Bretagne) et en patinage en couple – les Allemands Anna Hübler et Heinrich Burger.

LIS  Ce qui est plus utile, c'est de courir ou de marcher l'avis de spécialistes. Qui est plus sain et plus sûr, courir ou marcher

Trois ans plus tard, lors de la prochaine session du CIO, il a été proposé d’organiser une semaine spéciale des sports d’hiver dans le cadre des prochains Jeux Olympiques. Mais les organisateurs des Jeux de Stockholm se sont opposés à une telle proposition, craignant que cela n’affecte négativement les Jeux nordiques (compétitions hivernales complexes avec la participation des pays scandinaves, organisées de 1901 à 1926 principalement en Suède, les prochains de ces Jeux devaient se tenir en 1913). De plus, selon les Scandinaves, les compétitions de «glace» et de «neige» n’ont rien à voir avec la tradition olympique.

En préparation des prochains Jeux Olympiques (qui devaient se tenir à Berlin en 1916), l’idée d’organiser une semaine des sports d’hiver est revenue. Il était prévu que le programme de la semaine inclurait le ski de fond, le patinage sur glace, le patinage artistique et le hockey sur glace. Mais la Première Guerre mondiale (alors appelée la Grande Guerre) a empêché la tenue de compétitions olympiques.

Le programme des Jeux d’Anvers (1920) comprenait du patinage artistique et

hockey sur glace

. Le patineur artistique suédois Gillis Grafström a remporté la compétition chez les hommes, sa compatriote Magda Yulin-Maura a remporté les femmes et Louis et Walter Jacobsson (Finlande) ont remporté le patinage en couple. Le Canada a remporté le tournoi olympique de hockey, auquel 7 équipes ont participé.

25 janvier – 4 février 1924

à Chamonix, en France (qui devait accueillir les prochains Jeux Olympiques d’été cette année-là), la Semaine internationale du sport à l’occasion des VIIIes Jeux Olympiques s’est tenue sous les auspices du CIO. Les jeux se sont déroulés dans le respect de toutes les formalités nécessaires: la flamme olympique a été allumée, les athlètes ont prêté serment olympique. Ces compétitions complexes dans les sports d’hiver ont suscité un tel intérêt que même les représentants des pays scandinaves ont reconnu la tenue des Jeux Olympiques d’hiver comme opportun et le CIO a décidé de diriger les Jeux Olympiques d’hiver à partir de maintenant, ainsi que l’été, en 1925 lors de la Semaine internationale du sport Le Congrès olympique de Prague a reçu le statut officiel des premiers Jeux olympiques d’hiver.

258 athlètes (selon certaines sources – 293) sont arrivées à la compétition, dont 11 femmes (selon certaines sources – 13) de 16 pays. Les meilleurs athlètes des pays du Nord y ont participé – Norvège, Finlande, Suède. Les médailles ont été tirées au sort dans 14 types de compétitions de 5 types de sports. Le programme comprenait du bobsleigh, du ski (course, saut à ski, biathlon), du patinage de vitesse, du patinage artistique, du hockey sur glace. Les femmes ont participé uniquement au patinage artistique: simple et double.

Patineurs américains à l’entraînement.

Patinage de vitesse

La première médaille d’or a été décernée à un athlète américain, Charlie Jutrow, qui, dans une lutte acharnée avec le Norvégien O. Olsen, a réussi à gagner à une distance de 500 mètres. Cependant, toutes les autres médailles (14 sur 15 jouées dans ce sport) sont allées à des représentants de la Finlande et de la Norvège. Le héros de la compétition était le speed-walker finlandais Klas Tunberg, qui a réussi à remporter des victoires convaincantes avec des records olympiques sur des distances de 1500 et 5000 m, ainsi que dans le championnat absolu, attribué par la somme des résultats montrés sur quatre distances différentes. De plus, Klas Tunberg était deuxième à 1000 mètres et troisième à 500 mètres..

Dans toutes les disciplines du ski

les gagnants étaient les athlètes de la Norvège. Le héros des Jeux olympiques est le skieur norvégien Torleif Haug, qui a remporté deux courses (18 et 50 km) et en ski biathlon la course et le saut à ski). Aux trois médailles d’or, Torleif Haug a également ajouté le bronze (saut d’un tamplin). Ses coéquipiers l’ont soutenu: les 4 séries de récompenses, à l’exception d’une médaille de bronze, ont été attribuées à l’équipe norvégienne. La médaille de bronze dans la course de 18 km est allée au skieur finlandais T. Nick.

En bobsleigh

quatre de Suisse ont gagné.

Au hockey sur glace

les athlètes du Canada (l’équipe des Granites de Toronto) étaient sans égal, qui avaient un énorme avantage sur leurs rivaux. Ainsi, ils ont gagné contre l’équipe tchécoslovaque avec un score de 30: 0, Suisse – 33: 0. Les Canadiens ont gagné avec un score de 19: 2 contre les Britanniques, qui ont pris la troisième place. En seulement 6 matchs, les fondateurs du hockey ont marqué 110 buts contre des adversaires, ne concevant que 3 buts.

Le seul sport qui se distingue par la forte rivalité des athlètes de différents pays (Autriche, Grande-Bretagne, États-Unis, Finlande, France, Suisse, Suède) est le patinage artistique.

. Les athlètes autrichiens, plus confiants que les autres, ont remporté deux médailles d’or. La compétition féminine, qui comptait 8 participants, a été remportée par la double championne du monde X. Plank-Szabo avec un gros avantage. X. Engelman et A. Berger ont remporté le patinage en couple. Fait intéressant, X. Engelman, bien qu’avec un partenaire différent, était le champion du monde en 1913. Cependant, un exemple frappant de longévité sportive a été montré par les finalistes Louis et Walter Jacobson, de Finlande: ils ont remporté le championnat du monde pour la première fois en 1911, étaient champions des Jeux. Jeux olympiques de 1920. La patineuse artistique suédoise Gillis Grafstrom a remporté la compétition masculine..

Récompenses officielles des premiers Jeux olympiques d’hiver.

Au total, des athlètes de 10 pays sont devenus gagnants. Dans le classement par équipe non officiel avec un avantage écrasant, la victoire sur les rivaux a été remportée par les athlètes de Norvège – 122,5 points et 18 médailles (respectivement 4, 7, 7). Les seconds étaient des Olympiens finlandais – 59,5 points et 9 médailles (4, 3, 2), et le troisième étaient des athlètes américains – 26 points et 3 médailles (1, 2, 0).

(selon www.noc.by, la première place revient à l’équipe norvégienne – 17 médailles (4, 7, 6), la deuxième à la Finlande – 14 médailles (4, 7, 3) et la troisième à l’Autriche – 3 médailles (2, 1, 0)).

L’affiche officielle des premiers Jeux Olympiques d’hiver

Disciplines inscrites au programme officiel des premiers Jeux Olympiques d’hiver:

1. Bobsleigh.

Au programme de tous les Jeux, à l’exception de 1960, dans un premier temps, seule la compétition à quatre mâles a eu lieu, en 1932, ils ont ajouté le quatre masculin, et en 2002 le deux féminin..

2. Courses de patrouille militaire (manifestations).

Plus tard, ils ont été inclus dans le programme de plusieurs Jeux Olympiques d’hiver comme discipline indicative, jusqu’à ce qu’en 1960 ils soient remplacés par le biathlon.

3. Curling (démonstrations).

Il entre au programme des tout premiers Jeux Olympiques d’hiver, puis est présenté à plusieurs reprises comme discipline indicative, et depuis 1998 à nouveau comme discipline officielle. Les compétitions ont lieu dans les catégories hommes et femmes.

4. Ski.

Ils étaient au programme de tous les jeux olympiques: d’abord uniquement pour les hommes, puis pour les femmes. Les athlètes participent à 12 types de programmes (masculins et féminins): course individuelle (à différentes distances), sprint, départ groupé, course de relais et poursuite. Ski (nord) biathlon: ski de fond + saut à ski. Depuis 1988, en plus des compétitions individuelles, des compétitions par équipes sont également organisées. Et en 2002, un nouveau type de biathlon de ski est entré au programme – sprint.

5. Saut à ski

.

En 1964, des sauts du tremplin géant ont été ajoutés aux sauts «habituels», et en 1988, des compétitions par équipes. Seuls les hommes participent.

6. Patinage de vitesse.

Au début, c’était une discipline exclusivement masculine. En 1932, des femmes ont organisé des manifestations et, depuis 1960, des patineuses de vitesse participent à des compétitions officielles. Dans le programme olympique moderne, courir 500 m, 1000 m, 1500 m, 3000 m (femmes uniquement), 5000 et 10 000 (mari uniquement), ainsi que la poursuite par équipes.

7. Patinage artistique.

Le premier des sports d’hiver qui est entré dans le programme olympique – en 1908. En 1976, la danse sur glace a été ajoutée au patinage en solo (mari et femme) et en patinage en couple..

8. Hockey sur glace.

Il a fait ses débuts en tant que discipline olympique en 1920 et a été inclus dans le programme de toutes les ZOI. Depuis 1998, outre le tournoi masculin, les équipes féminines organisent également un tournoi.

JEUX OLYMPIQUES D’HIVER,

Compétitions intégrées de sports d’hiver organisées par le CIO une fois tous les 4 ans. La décision d’organiser régulièrement des Jeux Olympiques d’hiver indépendants a été prise en 1925 lors de la session du CIO à Prague. Cela a été facilité par le succès des compétitions mondiales de sports d’hiver – Semaine internationale du sport à l’occasion de la VIIIe Olympiade (1924, Chamonix, France), que le CIO a appropriée le nom de «I Jeux olympiques d’hiver»; le terme «Olympiade» n’est pas adopté dans le cadre des Jeux olympiques d’hiver, mais le nom «Olympiade blanche» est parfois utilisé dans les sports et la littérature populaire. Jusqu’en 1992, les Jeux Olympiques d’hiver ont eu lieu l’année des Jeux Olympiques d’été, depuis 1994 – au milieu du cycle olympique. Le programme de 7 sports olympiques

.

En 1924-2014, 22 Jeux Olympiques d’hiver ont eu lieu – aux États-Unis (4), en France (3), en Suisse, en Autriche, en Norvège, au Japon, en Italie, au Canada (2 chacun), en Allemagne, en Yougoslavie, en Russie (1 chacun). Le plus souvent, les capitales des Jeux Olympiques d’hiver étaient Saint-Moritz, Lake Placid et Innsbruck (2 fois chacune). En 1968, la mascotte olympique est apparue pour la première fois aux Jeux olympiques d’hiver de Grenoble. Les mêmes cérémonies ont lieu aux Jeux Olympiques d’hiver qu’aux Jeux Olympiques d’été

, allumer la flamme olympique, hisser le drapeau olympique (avec le même emblème), ouvrir et fermer les défilés, récompenser les champions olympiques et les lauréats, etc. Les records olympiques ne sont enregistrés qu’en patinage de vitesse. Le haut prestige du concours est mis en évidence par la liste des hommes d’État et couronnés qui les ont officiellement ouverts: Chamonix, 1924 – Gaston Vidal (secrétaire d’État adjoint de la France); Saint-Moritz, 1928 – Edmund Schultes (président de la Suisse); Lake Placid, 1932 – Franklin Delano Roosevelt (gouverneur de New York, États-Unis); Garmisch-Partenkirchen, 1936 – Adolf Hitler (chancelier du Reich en Allemagne); Saint-Moritz, 1948 – Enrico Celio (président de la Suisse); Oslo, 1952 – Princesse Ragnhilda (Son Altesse Royale de Norvège); Cortina d’Ampezzo, 1956 – Giovanni Gronchi (président de l’Italie); Squaw Valley, 1960 – Richard Nixon (vice-président des États-Unis); Innsbruck, 1964 – Adolf Scherf (président fédéral de l’Autriche); Grenoble, 1968 – Charles de Gaulle (président France); Sapporo, 1972 – Hirohito (empereur du Japon); Innsbruck, 1976 – Rudolf Kirshhagler (président fédéral d’Autriche); Lake Placid, 1980 – Walter Mondale (vice-président des États-Unis); Sarajevo, 1984 – Mika Shpilyak (président de la Yougoslavie) ; Calgary, 1988 – Jeanne Matilda Sovet (gouverneure générale du Canada); Albertville, 1992 – François Mitterrand (président de la France); L illehammer, 1994 – Harald V (roi de Norvège); Nagano, 1998 – Akihito (empereur du Japon); Salt Lake City, 2002 – George W. Bush (président des États-Unis); Turin, 2006 – Carlo Azello Ciampi (président de l’Italie); Vancouver, 2010 – Mikael Jean (gouverneur général du Canada); Sotchi, 2014 – Vladimir Vladimirovich Poutine (président de la Russie). Dans l’histoire des Jeux olympiques blancs, seules deux femmes les ont ouvertes (Oslo, 1952; Calgary, 1988).

Le plus grand nombre de médailles de l’histoire des Jeux Olympiques d’hiver (au 1.1.2018) a été remporté par des athlètes des équipes nationales: Russie; Norvège (22; 118, 111, 100); États-Unis (22; 96, 102, 83); Allemagne Suède (22; 50, 40, 54); Finlande (22; 42, 62, 57).

Les dates et les principaux résultats de tous les Jeux olympiques d’hiver sont indiqués dans le tableau 1. Pour les athlètes qui ont remporté le plus grand nombre de récompenses olympiques aux Jeux olympiques d’hiver, voir le tableau 2. Pour les athlètes qui ont participé à 6 Jeux olympiques blancs ou plus, voir le tableau 3.

Tableau 1. Les principaux résultats des Jeux Olympiques d’hiver organisés (Chamonix, 1924 – Sotchi, 2014)

Jeux olympiques d’hiver

Nom officiel.

Capital, dates. Le stade principal. Mascottes de jeu (depuis 1968)

Nombre de pays; les athlètes (y compris les femmes); ensembles de médailles jouées dans le sport

Athlètes les plus performants

(médailles d’or, d’argent, de bronze)

Pays ayant remporté le plus de médailles (or, argent, bronze)

I Jeux olympiques d’hiver. Chamonix, 25.1-5.2.1924. Stade olympique (45 mille sièges)

16;

258 (11);

16 sur 9

K. Tunberg (Finlande; 3, 1, 1);

T. Haug (Norvège; 3, 0, 0); Yu. Skutnab (Finlande; 1, 1, 1)

Norvège (4, 7, 6); Finlande (4, 4, 3); Autriche (2, 1, 0); Suisse (2, 0, 1); États-Unis (1, 2, 1)

IIes Jeux Olympiques d’hiver. Saint-Moritz, 11.2-19.2.1928. Parc Badrutts

25;

464 (26);

14 sur 6

K. Tunberg (Finlande; 2, 0, 0);

J. Grettumsbroten (2, 0, 0) et B. Evensen (1, 1, 1; les deux – Norvège)

Norvège (6, 4, 5); États-Unis (2, 2, 2); Suède (2, 2, 1); Finlande (2, 1, 1); France et Canada (1, 0, 0 chacun)

IIIes Jeux Olympiques d’hiver. Lake Placid, 4.2–15.2.1932. Stade olympique (7,5 mille sièges)

17;

252 (21);

14 sur 4

J. Shea et I. Jeffy (2, 0, 0; les deux – USA)

États-Unis (6, 4, 2); Norvège (3, 4, 3); Suède (1, 2, 0); Canada (1, 1, 5); Finlande (1, 1, 1)

IVes Jeux Olympiques d’hiver. Garmisch-Partenkirchen, 6.2-16.2.1936. « Olympia-Skistadion » (« Olympia-Skistadion »; 35 mille places)

28;

646 (80);

17 sur 4

I. Ballangrud (3, 1, 0) et O. Hagen (1, 2, 0; tous deux Norvège); B. Vasenius (Finlande; 0, 2, 1)

Norvège (7, 5, 3); Allemagne (3, 3, 0); Suède (2, 2, 3); Finlande (1, 2, 3); Suisse (1, 2, 0)

V Jeux olympiques d’hiver. Saint-Moritz, 30.1–8.2.1948. Parc Badruts

28; 669 (77); 22 sur 4

A. Oreier (France; 2, 0, 1);

M. Lundström (Suède; 2, 0, 0)

Suède (4, 3, 3); Norvège (4, 3, 3); Suisse (3, 4, 3); États-Unis (3, 4, 2); France (2, 1, 2)

VIes Jeux Olympiques d’hiver. Oslo, 14.2-25.2.1952. « Bislett » (« Bislett »; St. 15 mille places)

30;

694 (109);

22 sur 6

J. Andersen (Norvège; 3, 0, 0); A. Mid-Lawrence (États-Unis; 2, 0, 0); L. Nieberl et A. Ostler (les deux – Allemagne; 2, 0, 0 chacun)

Norvège (7, 3, 6); États-Unis (4, 6, 1); Finlande (3, 4, 2); Allemagne (3, 2, 2); Autriche (2, 4, 2)

VIIes Jeux Olympiques d’hiver. Cortina d’Ampezzo, 26.1-5.2.1956. Stade olympique (12 mille sièges)

32;

821 (134);

24 en 4

A. Sailer (Autriche; 3, 0, 0); E.R. Grishin (URSS; 2, 0, 0); S. Jernberg (Suède;

1, 2, 1); V. Hakulinen (Finlande;

1, 2, 0); P.K. Kolchin (URSS; 1, 0, 2)

URSS (7, 3, 6); Autriche (4, 3, 4); Finlande (3, 3, 1); Suisse (3, 2, 1); Suède (2, 4, 4)

VIIIes Jeux Olympiques d’hiver. Squaw Valley, 18.2-28.2.1960. Blyth Arena (Blyth Arena; 8,5 mille sièges)

30;

665 (144);

27 sur 4

L.P. Skoblikova et E.R. Grishin (tous deux – URSS; 2, 0, 0 chacun); V. Hakulinen (Finlande; 1, 1, 1)

URSS (7, 5, 9); OGK * (4, 3, 1); États-Unis (3, 4, 3); Norvège (3, 3, 0); Suède (3, 2, 2)

IXes Jeux Olympiques d’hiver. Innsbruck, 29.1–9.2.1964. «Bergisel» («Bergisel»; jusqu’à 28 000 places)

36;

1091 (199);

34 sur 6

L.P. Skoblikova (4, 0, 0) et

K. S. Boyarsky (3, 0, 0; les deux – URSS);

E. Mäntyranta (Finlande; 2, 1, 0); S. Jernberg (Suède; 2, 0, 1)

URSS (11, 8, 6); Autriche (4, 5, 3); Norvège (3, 6, 6); Finlande (3, 4, 3); France (3, 4, 0)

X Jeux olympiques d’hiver. Grenoble, 6.2-18.2.1968. Ledigier (Lesdiguie

̀

res « ; env. 12 mille places). Skier Schuss (non officiel)

37;

1158 (211);

35 sur 6

J. C. Killy (France; 3, 0, 0); T. Gustafsson (Suède; 2, 1,0)

Norvège (6, 6, 2); URSS (5, 5, 3); France (4, 3, 2); Italie (4, 0, 0); Autriche (3, 4, 4)

XIes Jeux Olympiques d’hiver. Sapporo, 3.2-13.2.1972. Makomanai (20 mille places)

35;

1006 (205);

35 sur 6

G. A. Kulakova (URSS; 3, 0, 0); A. Schenk (Pays-Bas; 3, 0, 0); V.P. Vedenin (URSS; 2, 0, 1); M.T. Nadig (Suisse; 2, 0, 0)

URSS (8, 5, 3); RDA (4, 3, 7); Suisse (4, 3, 3); Pays-Bas (4, 3, 2); États-Unis (3, 2, 3)

XIIes Jeux Olympiques d’hiver. Innsbruck, 4.2-15.2.1976. « Bergisel » (jusqu’à 28 mille places). Snowman Olympiamandl

37;

1123 (231);

37 sur 6

T. B. Averina (URSS; 2, 0, 2);

R. Mittermeier (Allemagne; 2, 1, 0);

N.K. Kruglov (URSS; 2, 0, 0);

B. Hermeshausen et M. Nemer (les deux – RDA; 2, 0, 0 chacun)

URSS (13, 6, 8); RDA (7, 5, 7); États-Unis (3, 3, 4); Norvège (3, 3, 1); Allemagne (2, 5, 3)

XIIIes Jeux Olympiques d’hiver. Lake Placid, 13.2-24.2.1980. «Lake Placid Equistrian Stadium» («Lake Placid Equestrian Stadium»; hippodrome; 30 000 places). Roni Raccoon

37;

1072 (232);

38 sur 6

E. Hayden (États-Unis; 5, 0, 0);

N. S. Zimyatov (URSS; 3, 0, 0);

H. Wenzel (Liechtenstein; 2, 1, 0); A. N. Alyabyev (URSS; 2, 0, 1)

URSS (10, 6, 6); RDA (9, 7, 7); États-Unis (6, 4, 2); Autriche (3, 2, 2); Suède (3, 0, 1)

XIVes Jeux Olympiques d’hiver. Sarajevo, 8.2-19.2.1984. Koshevo (Koš

evo « ; 37,5 milliers de places). Teen Wolf

49; 1272 (274); 39 sur 6

M. L. Hämäläinen (Finlande; 3, 0, 1); K. Enke (RDA; 2, 2, 0); G. Swan (Suède; 2, 1, 1); G. Boucher (Canada; 2, 0, 1)

RDA (9, 9, 6); URSS (6, 10, 9); États-Unis (4, 4, 0); Finlande (4, 3, 6); Suède (4, 2, 2)

XVes Jeux Olympiques d’hiver. Calgary, 13.2-28.2.1988. « McMahon » (« McMahon »; 35,6 mille places). Ours blanc Heidi et Howdy

57;

1423 (301);

46 sur 6

I. van Gennip (Pays-Bas; 3, 0, 0); M. Nyukyanen (Finlande; 3, 0, 0);

T.I. Tikhonova (URSS; 2, 1, 0)

URSS (11, 9, 9); RDA (9, 10, 6); Suisse (5, 5, 5); Finlande (4, 1, 2); Suède (4, 0, 2)

XVIes Jeux Olympiques d’hiver. Albertville, 8.2-23.2.1992. Théâtre de cérémonies (Thé

atre des Cérémonies « ; 35 mille places). Mountain Elf Magik

64;

1801 (488);

57 sur 7

L. I. Egorova (OK **; 3, 2, 0); B. Delhi et V. Ulwang (Norvège, 3, 1, 0 chacun); M. Kirchner et G. Nimann (tous deux en Allemagne; 2, 1, 0 chacun)

Allemagne (10, 10, 6); OK ** (9, 6, 8); Norvège (9, 6, 5); Autriche (6, 7, 8); États-Unis (5, 4, 2)

XVIIes Jeux Olympiques d’hiver. Lillehammer, 12.2-27.2.1994. Lusgordsbakken (Lysgå

rdsbakken « ; 40 mille places). Poupées folkloriques Haakon et Christine

67;

1737 (522);

61 sur 6

L. I. Egorova (Russie; 3, 1, 0); J.O. Koss (Norvège; 3, 0, 0); M. Di Centa (Italie; 2, 2, 1)

Russie (11, 8, 4); Norvège (10, 11, 5); Allemagne (9, 7, 8); Italie (7, 5, 8); États-Unis (6, 5, 2)

XVIIIes Jeux Olympiques d’hiver. Nagano, 7.2-22.2.1998. Stade olympique (30 000 sièges). Hiboux Sukki, Nokki, Lecca, Zucchini

72;

2.176 (787);

68 sur 7

L. E. Lazutina (Russie; 3, 1, 1); Delhi (Norvège; 3, 1, 0); O. V. Danilova (Russie; 2, 1, 0); K. Funaki (Japon;

2, 1, 0)

Allemagne (12, 9, 8); Norvège (10, 10, 5); Russie (9, 6, 3); Canada (6, 5, 4); États-Unis (6, 3, 4)

XIXes Jeux Olympiques d’hiver. Salt Lake City, 8.2-24.2.2002. «Rice-Eccles» («Rice-Eccles»; 45 mille places). Poudre de lièvre, cuivre coyote, ours Cole

78; 2399 (886); 75 sur 7

O. E. Björndalen (Norvège; 4, 0, 0); J. Kostelic (Croatie; 3, 1, 0);

S. Lajunen (Finlande; 3, 0, 0)

Norvège (13, 5, 7); Allemagne (12, 16, 8); États-Unis (10, 13, 11); Canada (7, 3, 7); Russie (5, 4, 4)

XXes Jeux Olympiques d’hiver. Turin, 10.2-26.2.2006. Stade olympique (28 000 sièges). Snowball Neve et cube de glace Plitz

80;

2508 (960);

84 sur 7

An Hyun-soo (3, 0, 1) et Chin Sung-yoo (3, 0, 0; République de Corée); M. Greis (Allemagne; 3, 0, 0); F. Gottwald (Autriche; 2, 1, 0)

Allemagne (11, 12, 6); États-Unis (9, 9, 7); Autriche (9, 7, 7); Russie (8, 6, 8); Canada (7, 10, 7)

XXIes Jeux Olympiques d’hiver. Vancouver, 12.2-28.2.2010. BC Place (BC Place; environ 60 mille places). Épaulard Miga, Ours de mer de Kuatchi, Faucon de Sumi

82;

2566 (1044);

86 sur 7

M. Björgen (Norvège; 3, 1, 1); Wang Meng (Chine; 3, 0, 0); P. Nortug (2, 1, 1) et E. H. Svendsen (2, 1, 0; les deux – Norvège); M. Neuner (Allemagne; 2, 1,0)

Canada (14, 7, 5); Allemagne (10, 13, 7); États-Unis (9, 15, 13); Norvège (9, 8, 6); République de Corée (6, 6, 2)

XXIIes Jeux Olympiques d’hiver. Sotchi, 7.2-23.2.2014. Fisht (40 mille places). Ours blanc, léopard, lapin

88;

2780 (1120);

98 sur 7

V. An (An Hyun-soo; Russie; 3, 0, 1);

D.V. Domracheva

(Bélarus; 3, 0, 0);

M. Björgen (3, 0, 0);

I. Wust (Pays-Bas; 2, 3, 0);

S. Kramer (Pays-Bas; 2, 1, 0);

M. Fourcade (France; 2, 1, 0).

Russie (13, 11, 9); Norvège (11, 5, 10); Canada (10, 10, 5); États-Unis (9, 7, 12); Pays-Bas (8, 7, 9).

* Équipe unie allemande.

** Équipe conjointe de pays de l’ex-URSS.

Tableau 2. Athlètes ayant remporté le plus de victoires aux Jeux olympiques d’hiver (Chamonix, 1924 – Sotchi, 2014).

Athlète,

le pays

Le sport,

années de participation

Médailles

or

argent

bronze

O. E. Björndalen,

La Norvège

Le biathlon,

1998-2014

8

4

1

Delhi,

La Norvège

Ski de fond,

1992-1998

8

4

M. Björgen,

La Norvège

Ski de fond,

2002-2014

6

3

1

L. I. Egorova,

La russie

Ski de fond,

1992-1994

6

3

W. An (An Hyun-soo) *,

La russie

Courte piste,

2006, 2014

6

2

L.P. Skoblikova,

URSS

Patinage de vitesse,

1960-1964

6

C. Pechstein,

Allemagne

Patinage de vitesse,

1992-2006

5

2

2

L. E. Lazutina,

La russie

Ski de fond,

1992-1998

5

1

1

C. Thunberg,

La Finlande

Patinage de vitesse,

1924-1928

5

1

1

T. Alsgord,

La Norvège

Ski de fond,

1994-2002

5

1

B. Blair,

USA

Patinage de vitesse,

1988-1994

5

1

E. Hayden,

USA

Patinage de vitesse,

1980

5

R. P. Smetanina,

URSS

Ski de fond,

1976–1992

4

5

1

S. Yernberg,

La Suède

Ski de fond,

1956–1964

4

3

2

R. Gross,

Allemagne

Le biathlon,

1992-2006

4

3

1

I. Wust,

Pays-bas

Patinage de vitesse,

2006-2014

4

3

1

G. A. Kulakova,

URSS

Ski de fond,

1972-1980

4

2

2

C. A. Omodod,

La Norvège

Ski alpin,

1992-2006

4

2

2

S. Fisher,

Allemagne

Le biathlon,

1994-2006

4

2

2

Ballangrud,

La Norvège

Patinage de vitesse,

1928–1936

4

2

1

J. Kostelich,

La Croatie

Ski alpin,

2002-2006

4

2

Van man,

La Chine

Courte piste,

2006-2010

4

1

1

G. Swan,

La Suède

Ski de fond,

1984-1988

4

1

1

E.H. Svendsen,

La Norvège

Le biathlon,

2010-2014

4

1

E.R. Grishin,

URSS

Patinage de vitesse,

1956–1964

4

1

J.O. Koss,

La Norvège

Patinage de vitesse,

1992-1994

4

1

K. Cuske,

Allemagne

Bobsleigh,

2002-2010

4

1

A. Lange,

Allemagne

Bobsleigh,

2002-2010

4

1

mille places

M. Nyukyanen,

La Finlande

Saut à ski,

1984-1988

4

1

N. S. Zimyatov,

URSS

Ski de fond,

1980-1984

4

1

A. I. Tikhonov,

URSS

Le biathlon,

1968-1980

4

1

Jung Lee Kyung (Jung Lee Kyung),

République de Corée

Courte piste,

1994-1998

4

1

Amman,

La Suisse

Saut à ski,

2002-2010

4

T. Wassberg,

La Suède

Ski de fond,

1980-1988

4

*

En 2006 (Turin) a joué pour l’équipe nationale de la République de Corée.

3 médailles d’or olympiques remportées chacune aux Jeux olympiques d’hiver. 50 athlètes (au 1.1.2018), y compris des représentants de la Russie (y compris l’URSS): K. S. Boyarsky

, E.V. Vyalbe

, N.V. Gavrylyuk

, V. S. Davydov

, V. G. Kuzkin

, A.P. Ragulin

, A. A. Reztsova

, I.K. Rodnina

, V.A. Tretyak

, A.V. Firsov

, A.V. Khomutov

, Yu. A. Chepalova

.

Tableau 3. Athlètes s’exprimant lors de 6 Jeux Olympiques d’hiver ou plus (au 1.1.2018)

Athlète (année de naissance),

le pays

La quantité

Le sport

Années de participation

Médailles

or

argent

bronze

A.M. Demchenko (né en 1971), Russie

7

La luge

1992-2014

3

N. Kasai

(né en 1972), Japon

7

Saut à ski

1992-2014

2

1

C. Coates (né en 1946), Australie

6

Patinage de vitesse

1968-1988

M. L. Kirvesniemi

(né en 1955), Finlande

6

Ski de fond

1976–1994

3

4

A. Eder (né en 1953), Autriche

6

Le biathlon

1976–1994

M. Dixon

(né en 1962), Grande-Bretagne

6

Ski de fond et biathlon

1984-2002

I. Bricis

(né en 1970), Lettonie

6

Le biathlon

1992–2010

M. Buchel

(né en 1971), Liechtenstein

6

Ski alpin

1992–2010

A. Veerpalu (né en 1971), Estonie

6

Ski de fond

1992–2010

2

1

A. Orlova

(né en 1972), Lettonie

6

La luge

1992–2010

E. Radanova * (né en 1977), Bulgarie

6

Courte piste; cyclisme

1994-2010; 2004

2

1

C. Hughes *

(né en 1972), Canada

6

Cyclisme

patinage de vitesse

1996, 2000, 2012; 2002-2010

1

1

4

H. von Hohenlohe (né en 1959), Mexique

6

Ski alpin

1984–94, 2010, 2014

C. Pechstein (né en 1972), Allemagne

6

Patinage de vitesse

1992-2006, 2014

5

2

2

T. Selanne

(né en 1970), Finlande

6

Hockey sur glace

1992, 1998-2014

1

3

J. Ahonen

(né en 1977), Finlande

6

Saut à ski

1994-2014

2

O. E. Björndalen (né en 1974),

La Norvège

6

Le biathlon

1994-2014

8

4

1

S. N. Dolidovich

(né en 1973), Bélarus

6

Ski de fond

1994-2014

T. Lodwick

(né en 1976), États-Unis

6

Combiné nordique

1994-2014

1

Lee Gyu Hyuk

(né en 1978), République de Corée

6

Patinage de vitesse

1994-2014

A. Zöggler

(né en 1974), Italie

6

La luge

1994-2014

2

1

3

M. Shteher (né en 1977), Autriche

6

Combiné nordique

1994-2014

2

2

H. Wickenheiser * (né en 1978), Canada

6

Hockey sur glace; balle molle

1998-2014; 2000

4

1

R. Helminen

(né en 1964), Finlande

6

Hockey sur glace

1984-2002

1

2

E. Hunyadi

(né en 1966), Hongrie (1), Autriche (5)

6

Patinage de vitesse

1984-2002

1

1

1

G. Weissensteiner (né en 1969)

6

Luge et bobsleigh

1988-2006

1

1

G. Hackle

(né en 1966), Allemagne (1), Allemagne (5)

6

La luge

1988-2006

3

2

W. Huber

(né en 1970), Italie

6

La luge

1988-2006

1

S.V. Chepikov

(né en 1967), Russie

6

Ski biathlon

1988-2006

2

3

1

K. Neumanova *

(né en 1973), Tchécoslovaquie, (1), République tchèque (5)

6

Ski de fond; VTT

1992-2006; 1996

1

4

1

* L’athlète a également joué aux Jeux Olympiques.

LIS  Le scénario de la matinée du Nouvel An pour les enfants du groupe préparatoire basé sur le conte de fées «par le commandement des brochets». Scénario d'un conte de fées du Nouvel An selon une commande de brochets

Histoire des Jeux Olympiques d’hiver. Media «sport-express internet» fondateur de jsc «sport-express» rédacteur en chef maxim m

Les premiers Jeux olympiques d’hiver, qui ont eu lieu à Chamonix (France) en 1924, étaient à l’origine appelés «Semaine internationale des sports d’hiver». Mais elle a eu une telle résonance car elle a été annoncée exactement comme les premiers Jeux Olympiques d’hiver

L’arrivée du Premier ministre français Gaston Vidal à Chamonix

Le Premier ministre français Gaston Vidal à l’ouverture des Jeux (au milieu du box central)

Cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de 1924.

N

et la photo que vous voyez le salut olympique traditionnel des athlètes français, pas du tout fascistes – l’équipe allemande n’a pas participé aux jeux de 1924.

Soit dit en passant, en 1924, il n’y avait pas de symbole principal des Jeux Olympiques – Fire.

Les Jeux d’hiver ne se sont pas produits soudainement, et en parlant de leur histoire, il faut dire leur prototype – les Jeux du Nord, qui se sont déroulés de 1901 à 1926 à Stockholm. Il s’agissait de compétitions internationales spéciales organisées pour les compétiteurs de sports d’hiver.

L’équipe de France de hockey longe les tribunes avec des spectateurs.

Et lorsque le Comité international olympique a été créé en 1894, il était censé inclure le patinage sur glace dans le programme olympique. Cela a été partiellement mis en œuvre en 1908 et en 1920, lorsque certains sports d’hiver ont été inclus dans les jeux d’été comme.

Défilé des pays participants. Équipe de France

La cérémonie d’ouverture des premiers Jeux Olympiques d’hiver à Chamonix (25 janvier 1924)

Ainsi, aux Jeux de 1908, quatre séries de prix de patinage artistique ont été jouées. Le Suédois Ulrich Salhof est devenu le champion du programme obligatoire, le Russe Nikolai Panin-Kolomenkin dans le programme libre, le champion anglais Madge Sayers chez les femmes et le couple allemand: Anna Hübler et Heinrich Burger en double.

Lors de la session du CIO en 1911, une proposition a été faite d’organiser une semaine des sports d’hiver dans le cadre des prochains jeux, mais la Suède a échoué cette idée car elle avait peur de la compétition pour les Jeux du Nord. La Première Guerre mondiale a empêché la mise en œuvre de ces plans..

Mais déjà au programme des Jeux Olympiques de 1920 à Anvers étaient inclus des compétitions de patinage artistique et de hockey sur glace. Et la prochaine étape a été l’organisation finale des compétitions de sports d’hiver en tant qu’Olympiques indépendants, qui est finalement devenue une tradition.

293 athlètes sont arrivées aux premiers Jeux Olympiques d’hiver, dont 13 femmes de 16 pays.

Pays membres

Autriche, Belgique, Royaume-Uni, Hongrie, Italie, Canada, Lettonie, Norvège, Pologne, États-Unis, Tchécoslovaquie, Finlande, France, Suisse, Suède, Estonie *, Yougoslavie.

* Le représentant estonien figurait dans la demande de patinage de vitesse, mais il n’est toujours pas allé au départ, de sorte que l’Estonie n’a participé officiellement qu’aux jeux..

Gris: le pays n’a pas participé

Vert: 1-10 athlètes du pays ont participé

Bleu: 11-20 athlètes

Jaune: 21-30 athlètes

Rouge: plus de 30 athlètes.

Sports (entre parenthèses – le nombre de séries de médailles jouées)

Bobsleigh (1)

Patinage de vitesse (4)

Combiné nordique (1)

Ski de fond (2)

Saut à ski (1)

Patinage artistique (3)

Hockey sur glace (1)

Vues de démonstration:

Curling (1)

Compétitions de patrouille militaire (1)

Les femmes (il y en avait 11 en tout) n’ont participé qu’aux compétitions de patinage artistique.

Préparation à la compétition – déneigement du stade.

Des médailles ont été tirées au sort dans 14 compétitions dans 5 sports. Au programme des premiers Jeux Olympiques d’hiver: bobsleigh, ski (course, saut à ski, biathlon), patinage de vitesse, patinage artistique, hockey.

La première médaille d’or est revenue à Charles Jutrow, des États-Unis, qui a dépassé le norvégien Oscar Olsen en patinage de vitesse à 500 mètres. Les 14 médailles restantes sur 15 jouées dans ce sport ont été attribuées à des athlètes de Finlande et de Norvège..

Patineurs finlandais.

Le patineur finlandais Klas Tunberg a battu des records impressionnants sur des distances de 1 500 et 5 000 mètres, ainsi que sur tous les niveaux.

Seulement aux premiers Jeux olympiques, des médailles ont été attribuées aux équipes nationales de patineurs en résumant les résultats de quatre types de courses sur des distances de 500, 1500, 5000 et 10 000 mètres..

En ski, il n’y avait pas d’égale aux Norvégiens qui ont remporté 11 médailles d’or sur 12 tirées au sort. Le skieur finlandais Tapani a obtenu une médaille de bronze dans la course de 18 km.

Skieur le plus fort du monde de ces années, le Norvégien Torleif Haug a remporté trois médailles d’or et une de bronze.

Quatre Suisses sont devenus champions de bobsleigh.

Bobsledders – Participants aux Jeux.

Bobsledders – Participants aux Jeux.

Bobsleigh de 1924. L’équipe olympique sans casque de la Grande-Bretagne remporte sa médaille d’argent.

Le seul sport dans lequel une lutte acharnée s’est déroulée avec des athlètes de différents pays – Autriche, Grande-Bretagne, États-Unis, Finlande, France, Suisse, Suède, était le patinage artistique..

Les femmes ont participé uniquement au patinage artistique.

Les premières médailles en patinage artistique (de gauche à droite): Herma Szabo (Hongrie, or), Efel Mackelt (Grande-Bretagne, argent), Beatrice Lugran (USA, bronze).

L’Autrichienne Hermione Plank-Szabo est devenue la première championne olympique de Chamonix à avoir excellé en patinage artistique.

Les meilleurs athlètes en patinage artistique ont été les athlètes autrichiennes qui ont remporté deux médailles d’or: la compétition féminine, où il y avait 8 participants, a été remportée par la double championne du monde Herma Planck-Szabo, Helen Engelmann (championne du monde en 1913) et Alfred a remporté le patinage en couple Berger.

Compétition en couple.

Pierre et André Brunet – médaillés de bronze.

«Silver» a été remporté par un couple de Finlande, Louis et Walter Jacobson – ils ont également remporté le championnat du monde en 1911.

Le patineur d’or suédois Gillis Grafström est devenu le champion « d’or » chez les hommes.

La plus jeune participante aux Jeux olympiques était la patineuse Sonia Heni, qui n’avait que 11 ans.

Malgré le fait qu’elle ait pris la dernière place, sa performance a suscité la sympathie de son public, l’a inculpée d’un tel enthousiasme que les trois prochains Jeux olympiques, Sonya a remporté exclusivement «l’or» et, à la fin de sa carrière sportive, elle est devenue une star de cinéma hollywoodienne..

L’équipe de hockey du Canada, modèle 1924, était formée de joueurs du club amateur Toronto Granites. Aux Jeux de Chamonix, les «feuilles d’érable» ont remporté la deuxième médaille d’or olympique (ils ont remporté leur première médaille d’or aux Jeux d’Anvers en 1920).

En 1924, l’équipe canadienne de hockey a battu l’équipe américaine avec un score de 6: 1.

Les Canadiens qui ont joué au hockey contre les équipes de la Suisse, de la Tchécoslovaquie, de la Suède et du Royaume-Uni, ont marqué un total de 110 buts et n’en ont concédé que 3..

Les scores les plus dévastateurs de ces Jeux olympiques ont été de 33: 0 dans le match Canada-Suisse, 30: 0 – Canada-Tchécoslovaquie, 22: 0 – Canada-Suède, 22: 0 – USA-France.

Lors de la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques, un prix spécial a été décerné dans le domaine du sport, qui n’a pas moins joué un rôle dans la culture mondiale que les Jeux Olympiques eux-mêmes, à partir de la Grèce antique, mais n’étant jamais devenu une discipline olympique. Un prix spécial pour des réalisations dans le domaine de l’alpinisme a été décerné à une expédition tentant de gravir le mont Everest en 1922.

Résumé

Pour les organisateurs des Jeux, leurs résultats ont été déplorables. Malgré l’assurance de Coubertin que plus de 30 000 spectateurs participeront aux compétitions de skieurs et de patineurs, seulement 10 044 personnes ont payé de l’argent pour les billets (la seule source de revenus pour les organisateurs à l’époque) – un désastre pour les financiers. Néanmoins, à Chamonix, le CIO a pu faire l’essentiel: l’opinion publique a positivement accepté l’idée des Jeux d’hiver. En mai 1926, à Lisbonne, il a été décidé d’organiser les IIes Jeux d’hiver à Saint-Moritz, et la Semaine des sports d’hiver a été rebaptisée Ies Jeux olympiques d’hiver – ce fut le résultat de la difficile mission diplomatique du baron Pierre de Coubertin, dont le génie a donné à l’humanité une nouvelle fête sportive.

Scandales aux 1ers Jeux olympiques d’hiver

Le 4 février 1924, après le saut du capitaine de l’équipe américaine Anders Hogen, les juges se sont trompés d’arithmétique lors du calcul des points. En conséquence, l’athlète a pris la quatrième place au lieu du troisième prix. «Bronze» a été remis au Norvégien Torleif Haug. En 1974, lorsqu’un journaliste norvégien Jacob Vaag a étudié les archives des films olympiques, une erreur judiciaire a été prouvée. La fille de Torleif Haug a solennellement remis une médaille de bronze à Anders Hogen, 83 ans, à Oslo.

Compétitions de curling

Champions des Jeux de Chamonix – UK Curling Team

Curling 1924. Seules quatre équipes ont participé au tournoi de curling. De plus, 2 équipes représentaient la Suède. Et la première médaille d’or olympique dans ce sport a été remportée par les Britanniques.

En 2006, le CIO a décerné les médailles par équipe des Jeux de curling de 1924 après que le curling a finalement fait partie des sports olympiques et le journal Glasgow Herald a déposé une plainte au nom des familles des membres de l’équipe..

De 1924 à 1992, les Jeux olympiques d’hiver se sont déroulés dans les mêmes années que ceux d’été. Depuis 1994, les Jeux Olympiques d’hiver se déroulent avec un décalage de 2 ans par rapport aux Jeux Olympiques d’été.

Vidéo des JO de Chamonix

Chamonix (France)

Les sports d’hiver ont fait leurs débuts aux Jeux olympiques de 1908. Les organisateurs des Jeux d’été de Londres voulaient initialement inclure le patinage de vitesse dans le programme de compétition, mais se sont ensuite installés sur le patinage artistique. La deuxième tentative d’attirer les disciplines de la neige et de la glace sur l’orbite olympique a eu lieu en 1920 – le hockey sur glace a été introduit aux Jeux d’été d’Anvers.

Et enfin, les Jeux de Paris-1924 ont été précédés de la « Semaine des sports d’hiver ». Les phrases des Jeux olympiques d’hiver ont alors été évitées – les pays scandinaves et la Finlande étaient jaloux de l’apparition d’un concurrent direct à leurs Jeux du Nord. Comme il s’est avéré plus tard, les craintes des habitants du Nord étaient justifiées.

3

Avec

B

Total

1

La Norvège

4

7

6

17

2

La Finlande

4

4

3

11

3

Autriche

2

1

3

4

La Suisse

2

1

3

5

USA

1

2

1

4

Lieu – Chamonix, France

26 janvier – 4 février 1924

Nombre de pays participants – 16

Nombre d’athlètes participants – 258 (11 femmes, 247 hommes)

Jeux de médailles – 16

Vainqueur général – Norvège

Trois personnages principaux des Jeux selon SE

Torleif Heug (Norvège),

ski de fond

Classe Thunberg (Finlande),

patinage de vitesse

Harry Watson (Canada),

le hockey

LE TEMPS DE RESTER

Le CIO a reconnu la « Semaine des espèces d’hiver », tenue à la jonction de janvier et février 1924, comme les premiers Jeux olympiques blancs avec le recul – un an ou deux après la fin. Et un an plus tard, en 1926, les Jeux du Nord ont cessé d’exister..

D’une manière générale, l’adaptation de l’histoire est progressivement devenue une sorte de marque de fabrique du concours de Chamonix. En 1974, l’historien Jacob Hage a soudainement découvert que les juges avaient fait une erreur en comptant les points de saut à ski en 1924. À cause d’elle, le Norvégien Torleif Haug a été déclaré médaillé de bronze, puis son compatriote Anders Haugen, qui battait pavillon américain, n’a pas montré le troisième résultat.

Plombier de la ville de Drammen, Heug était considéré comme le personnage principal de la compétition à Chamonix – en plus du bronze controversé au tremplin, il avait deux médailles d’or en ski de fond et un autre titre de champion en biathlon. La perte de la médaille de bronze était peu susceptible de secouer la grandeur du Norvégien, dont la mémoire après sa mort subite d’une pneumonie en 1934 a été entièrement immortalisée en Norvège au nom des rues et des compétitions. La famille Torleif a accepté de transférer le prix à Haugen, qui avait déjà eu 86 ans en 1974. La cérémonie de restauration de la justice historique a eu lieu à Oslo avec la participation du vétéran et de sa fille Heug.

Mais les historiens ne se sont pas calmés à ce sujet. En 2006, le journal écossais Herald a remporté la reconnaissance par le CIO du statut officiel du tournoi de curling de Chamonix, qui était auparavant considéré comme indicatif.

Les compétitions sur « quilles sur glace » du point de vue moderne semblent étranges – elles ont réuni deux équipes suédoises. Le major Astley avant le match pour la deuxième place, comme si de rien n’était, est passé de l’équipe britannique à l’équipe suédoise.

De plus, Georges André, médaillé de bronze en équipe de France, a simultanément participé à des compétitions de bobsleigh. Cependant, toutes ces circonstances non triviales n’ont pas empêché le CIO de ratifier le tournoi de curling aux Olympiques blancs-1924 après 82 ans.

BATAILLE AVEC UNE VERSE

En janvier 1924, la commune de Chamonix, située au pied du Mont Blanc, la plus haute montagne d’Europe occidentale, a accueilli la « Semaine des espèces d’hiver ». Les options pour l’organisation de compétitions dans la ville de Gérardmer (Lorraine) et dans la station de Luchon-Superbanyer dans les Pyrénées ont également été examinées. En faveur de la vallée alpine, le fait que divers séjours au ski y aient été régulièrement organisés avant.

La municipalité locale a dû dépenser plus de deux millions de francs pour construire une patinoire avec des stands, des sauts et une piste de bobsleigh à Chamonix. Le Comité Olympique Français était sur le point de rembourser 50 mille francs, mais n’a finalement trouvé que la moitié du montant promis. Étant donné que seulement 10 000 billets ont été vendus au total pour la compétition, la Semaine est bien sûr devenue non rentable. Cependant, la réaction du public au festival sportif de Chamonix a été généralement très positive, et 88 journalistes accrédités ont glorifié la station alpine du monde entier..

Cependant, avant le début de la compétition, les autorités communales ont dû s’inquiéter beaucoup de la météo – à l’avenir, de telles expériences seront familières à presque tous ceux qui décident d’accueillir les Jeux d’hiver. Fin décembre, il n’y avait pas de flocon de neige dans la vallée de Chamonix, puis en quelques jours une chute de neige est tombée sur la ville et ses environs, et plus d’un mètre et demi de pluie est tombée. Lorsque le blizzard s’est calmé, le dégel a commencé, grâce auquel la patinoire construite avec tant de difficulté s’est transformée en étang. Et ce n’est qu’à la veille de la cérémonie d’ouverture que la nature a eu pitié des athlètes – le gel a frappé et les pistes avec le stade sont revenues à la normale.

Cependant, les conditions météorologiques n’étaient toujours pas idéales. Lors du marathon de ski, un fort vent glacial a soufflé sur 50 km, sous la pression duquel Torleif Haug a mis 3 heures 44 minutes pour parcourir la distance. Dans le même temps, le Polonais Shchepan Witkowski, qui a terminé avec le dernier résultat, a perdu deux heures et demie contre le champion, et 12 skieurs sur 23 n’ont pas réussi à trouver l’arrivée..

PREMIER BOYCOTT

Les résultats sportifs de la «Semaine» à Chamonix se sont avérés extrêmement bénéfiques pour les partisans de l’idée des Olympiades blanches – des représentants de huit pays de 16 participants à des compétitions ont remporté des médailles d’or. Elle ne ressemblait plus à une « cabale » alpine. Certes, pour des raisons politiques, les athlètes allemands n’étaient pas autorisés (ce pays était considéré comme l’instigateur de la Première Guerre mondiale), les athlètes estoniens et argentins sont arrivés à la compétition, mais pour une raison quelconque, ils ne sont pas allés au départ. Et l’Union soviétique, bien qu’elle ait reçu une invitation des Français, n’a pas laissé ses athlètes aller à Chamonix (cependant, comme tous les autres Jeux olympiques avant Helsinki-1952). Mais même sans boycott et boycott, les Jeux se sont révélés assez représentatifs et tout à fait dignes du statut olympique.

Le seul sport où la lutte pour l’or était pratiquement absente était le hockey à Chamonix. L’équipe canadienne, qui était représentée par une équipe amateur de vétérans de la Première Guerre mondiale de Toronto, n’a pas laissé de pierre à ses rivaux. Les Canadiens ont remporté cinq matchs avec un score total de 110: 3. Lors d’une rencontre avec les Suisses, qui s’est soldée par un score de 33: 0, le meilleur buteur des «feuilles d’érable» Harry Watson a été noté 13e buts. Au total, compte tenu de ce joueur de hockey, il y avait 37 buts, ce qui à ce jour est un record des Jeux d’hiver.

Un résultat important de la Winter Species Week a été la réussite des Norvégiens et des Finlandais, qui n’étaient pas du tout fans de l’idée de telles compétitions et ont décidé d’aller à Chamonix au dernier moment. Certes, l’un des plus grands athlètes norvégiens de l’époque – le patineur Oscar Matisen – n’avait en tout cas pas le droit de commencer sous les auspices du CIO, car il était un professionnel. Mais en l’absence de Mathisen, une star de la classe Thunberg est sortie de la piste de glace après la Finlande – après trois victoires, ainsi qu’une médaille d’argent et une de bronze à Chamonix, ils ont commencé à l’appeler «Paavo Nurmi on Ice», en la comparant avec le grand compatriote-coureur. Avec l’aide de Thunberg et Torleif Haug, les «pays nordiques» ont écrasé l’Amérique du Nord et la région alpine aux Jeux de Chamonix et se sont transformés d’adversaires des Jeux Olympiques blancs en ses ardents supporters.

Oleg SHAMONAEV

CHIFFRES ET FAITS

La Norvège a remporté l’épreuve par équipe, qui n’était devant la Finlande que par le nombre de médailles d’argent. Les Norvégiens ont marqué 17 récompenses (4 d’or, 7 d’argent et 6 de bronze) et les Finlandais – 11 (4, 4 et 3, respectivement). Fermé les trois meilleures équipes d’Autriche (2 d’or et 1 d’argent).

La dernière, 10e place au classement général a été remportée par la Belgique, qui a remporté le bronze en bobsleigh.

Les délégations les plus importantes ont été envoyées par le Royaume-Uni (44 athlètes), la France (43) et la Suède (31).

La plus petite était la délégation de la Lettonie (2 athlètes). L’Autriche, la Hongrie et la Yougoslavie comptaient chacune 4 personnes.

Le premier champion des Jeux olympiques d’hiver a été le patineur américain Charles Jethro, qui a remporté le 500 mètres. Il a parcouru cette distance en 44,0.

Un total de 16 séries de médailles ont été gagnées (surtout en patins – 5). 94 athlètes sont devenus médaillés.

Le nombre total de récompenses était de 49. En patinage de vitesse à une distance de 500 mètres, deux bronzes ont dû être attribués: le même résultat (44,8) a été montré par deux participants à la fois – Roald Larsen (Norvège) et Class Tunberg (Finlande).

Ce sont ces patineurs qui ont partagé la première place du nombre total de prix (5 chacun). Cependant, Thunberg a ajouté une médaille d’argent et une de bronze à 3 médailles d’or. Larsen n’est pas devenu champion: à son compte 2 deuxième places et 3 troisième.

Par le nombre de médailles d’or, Thunberg a partagé la première place avec le Norvégien Torleif Haug. Il est devenu champion de deux sports à la fois: le ski (18 km et 50 km) et le biathlon.

Les femmes n’ont joué que dans une forme de programme – patinage artistique.

C’est sous cette forme que la Norvégienne Sonia Heni (8e place), qui s’est avérée être la plus jeune participante aux Jeux, s’est produite. Au moment de l’ouverture des Jeux Olympiques, son âge était de 11 ans et 295 jours.

Et Karl August Kronlund, membre de l’équipe suédoise de curling, qui a remporté la médaille d’argent, est devenu le participant le plus âgé. Il avait 58 ans et 155 jours le jour de l’ouverture. Soit dit en passant, Kronlund est toujours le plus ancien olympien d’hiver.

Le Suédois Gillis Grafström est devenu le champion du patinage artistique. De plus, ces Jeux sont devenus sa deuxième victoire: auparavant, en 1920, il avait remporté l’or aux Jeux olympiques d’été d’Anvers. Grafström est ainsi entré dans l’histoire en devenant le champion des jeux d’été et d’hiver. Après 8 ans, sa réalisation a été répétée par l’Américain Eddie Egan – champion de boxe (Anvers-1920) et de bobsleigh (Lake Placid-1932).

L’équipe de hockey du Canada a remporté ses 5 matchs avec un score total de 110: 3. Elle était représentée aux Jeux par le club amateur des Toronto Granites, qui l’emportait sur la Tchécoslovaquie (30: 0), la Suède (22: 0), la Grande-Bretagne (19: 2), la Suisse (33: 0) et les États-Unis (6: 1).

Le meilleur buteur du tournoi de hockey canadien Harry Watson marque 46 (37 + 9) points – une moyenne de plus de 9 par match!

10 044 billets ont été vendus pour les compétitions de la première Olympiade blanche.

Sports représentés:

Bobsleigh

Patinage de vitesse

Combiné nordique

Ski de fond

Saut à ski

Patinage artistique

Hockey sur glace

Vues de démonstration:

Curling

Compétitions de patrouille militaire

Aux premiers Jeux olympiques d’hiver

293 athlètes sont arrivées, dont 13 femmes de 16 pays. Les meilleurs athlètes des pays du nord – la Norvège, la Finlande, la Suède ont participé aux Jeux olympiques.

Les médailles ont été tirées au sort dans 14 types de compétitions de 5 types de sports. Au programme des premiers Jeux Olympiques d’hiver: bobsleigh, ski (course, saut à ski, biathlon), patinage de vitesse, patinage artistique, hockey.

Les femmes ont participé uniquement au patinage artistique.

La première médaille d’or a été décernée à l’athlète américain Charles Jutrow, qui, dans une lutte acharnée avec le norvégien Oscar Olsen, a réussi à gagner le patinage de vitesse à une distance de 500 mètres. Cependant, toutes les autres médailles, 14 sur 15 jouées dans ce sport, ont été attribuées à des représentants de la Finlande et de la Norvège..

Le héros des premiers Jeux Olympiques d’hiver a été le patineur finlandais Klas Tunberg, qui a réussi à remporter des victoires convaincantes avec des records olympiques sur des distances de 1 500 et 5 000 m, ainsi que dans le concours complet..

Dans toutes les disciplines du ski, les gagnants étaient des athlètes norvégiens. Sur les 12 médailles jouées, ils n’en ont perdu qu’une. La médaille de bronze dans la course de 18 km est allée au skieur finlandais Tapani Nick. Trois médailles d’or et une de bronze ont été décernées au skieur le plus fort du monde de ces années, le Norvégien Torleif Haug.

Quatre de Suisse ont triomphé en bobsleigh.

Les athlètes du Canada, qui avaient un énorme avantage sur leurs rivaux, étaient imbattables au hockey. Ainsi, ils ont gagné contre l’équipe tchécoslovaque avec un score de 30: 0, et la Suisse – 33: 0.

Le seul sport qui se distinguait par la forte rivalité des athlètes de divers pays – l’Autriche, la Grande-Bretagne, les États-Unis, la Finlande, la France, la Suisse et la Suède était le patinage artistique. Les athlètes autrichiennes qui ont remporté deux médailles d’or étaient plus confiantes: la compétition féminine, avec 8 participantes, a été remportée par la double championne du monde Herma Plank-Szabo, et Helen Engelmann et Alfred Berger ont remporté le patinage en couple. Fait intéressant, Helen Engelman, bien qu’avec un partenaire différent, était championne du monde en 1913. Cependant, un exemple vivant de la longévité sportive a été démontré par les finalistes Louis et Walter Jacobson de Finlande. Ils ont d’abord remporté la Coupe du monde en 1911, ont été les champions des Jeux olympiques en 1920. La patineuse artistique suédoise Gillis Grafström a remporté la compétition masculine.

Au classement par équipe non officiel, les athlètes norvégiens ont gagné avec un avantage écrasant en remportant 122,5 points et 18 médailles – 4 d’or, 7 d’argent, 7 de bronze. Le deuxième était les Olympiens finlandais, avec 59,5 points et 9 médailles – 4 d’or, 3 d’argent, 2 de bronze et le troisième athlète américain avec 26 points et 3 médailles – 1 d’or et 2 d’argent.

.

Les compétitions mondiales intégrées de sports d’hiver, comme les Jeux olympiques d’été, sont organisées sous les auspices du CIO. Les premiers Jeux Olympiques d’hiver ont eu lieu en 1924. Au début, les Jeux d’hiver et d’été ont eu lieu la même année, mais, à partir de 1994, ils ont lieu à des moments différents. À ce jour, le programme des Jeux Olympiques d’hiver a considérablement augmenté, le nombre de participants a augmenté, parmi lesquels de nombreux athlètes des pays du Sud. Au début, les Scandinaves dominaient les Jeux olympiques d’hiver, mais au fil du temps, les athlètes d’autres régions figuraient parmi les favoris des Jeux olympiques d’hiver..

La montée des Jeux olympiques d’hiver.

Avec la création en 1894 du CIO, entre autres sports, il a été proposé d’inclure le patinage sur glace dans le futur programme olympique. Cependant, il n’y avait pas de disciplines «sur glace» lors des trois premiers Jeux Olympiques. Ils sont apparus pour la première fois aux Jeux de 1908 à Londres: les patineurs ont participé à 4 types de programmes. Dans l’exécution des figures obligatoires chez les hommes, le plus fort était le Suédois Ulrich Salkhov, en patinage libre – le Russe Nikolai Panin-Kolomenkin. La compétition chez les femmes a été remportée par Madge Sayers (Grande-Bretagne) et en patinage en couple – les Allemands Anna Hübler et Heinrich Burger.

LIS  Kéfir de régime express avec concombre et herbes pour perdre du poids. Comment utiliser le persil pour perdre du poids

Trois ans plus tard, lors de la prochaine session du CIO, il a été proposé d’organiser une semaine spéciale des sports d’hiver dans le cadre des prochains Jeux Olympiques. Mais les organisateurs des Jeux de Stockholm se sont opposés à une telle proposition, craignant que cela n’affecte négativement les Jeux nordiques (compétitions hivernales complexes avec la participation des pays scandinaves, organisées de 1901 à 1926 principalement en Suède, les prochains de ces Jeux devaient se tenir en 1913). De plus, selon les Scandinaves, les compétitions de «glace» et de «neige» n’ont rien à voir avec la tradition olympique.

En préparation des prochains Jeux Olympiques (qui devaient se tenir à Berlin en 1916), l’idée d’organiser une semaine des sports d’hiver est revenue. Il était prévu que le programme de la semaine inclurait le ski de fond, le patinage sur glace, le patinage artistique et le hockey sur glace. Mais la Première Guerre mondiale (alors appelée la Grande Guerre) a empêché la tenue de compétitions olympiques.

Le programme des Jeux d’Anvers (1920) comprenait du patinage artistique et

hockey sur glace

. Le patineur artistique suédois Gillis Grafström a remporté la compétition chez les hommes, sa compatriote Magda Yulin-Maura a remporté les femmes et Louis et Walter Jacobsson (Finlande) ont remporté le patinage en couple. Le Canada a remporté le tournoi olympique de hockey, auquel 7 équipes ont participé.

25 janvier – 4 février 1924

à Chamonix, en France (qui devait accueillir les prochains Jeux Olympiques d’été cette année-là), la Semaine internationale du sport à l’occasion des VIIIes Jeux Olympiques s’est tenue sous les auspices du CIO. Les jeux se sont déroulés dans le respect de toutes les formalités nécessaires: la flamme olympique a été allumée, les athlètes ont prêté serment olympique. Ces compétitions complexes dans les sports d’hiver ont suscité un tel intérêt que même les représentants des pays scandinaves ont reconnu la tenue des Jeux Olympiques d’hiver comme opportun et le CIO a décidé de diriger les Jeux Olympiques d’hiver à partir de maintenant, ainsi que l’été, en 1925 lors de la Semaine internationale du sport Le Congrès olympique de Prague a reçu le statut officiel des premiers Jeux olympiques d’hiver.

258 athlètes (selon certaines sources – 293) sont arrivées à la compétition, dont 11 femmes (selon certaines sources – 13) de 16 pays. Les meilleurs athlètes des pays du Nord y ont participé – Norvège, Finlande, Suède. Les médailles ont été tirées au sort dans 14 types de compétitions de 5 types de sports. Le programme comprenait du bobsleigh, du ski (course, saut à ski, biathlon), du patinage de vitesse, du patinage artistique, du hockey sur glace. Les femmes ont participé uniquement au patinage artistique: simple et double.

Patineurs américains à l’entraînement.

Patinage de vitesse

La première médaille d’or a été décernée à un athlète américain, Charlie Jutrow, qui, dans une lutte acharnée avec le Norvégien O. Olsen, a réussi à gagner à une distance de 500 mètres. Cependant, toutes les autres médailles (14 sur 15 jouées dans ce sport) sont allées à des représentants de la Finlande et de la Norvège. Le héros de la compétition était le speed-walker finlandais Klas Tunberg, qui a réussi à remporter des victoires convaincantes avec des records olympiques sur des distances de 1500 et 5000 m, ainsi que dans le championnat absolu, attribué par la somme des résultats montrés sur quatre distances différentes. De plus, Klas Tunberg était deuxième à 1000 mètres et troisième à 500 mètres..

Dans toutes les disciplines du ski

les gagnants étaient les athlètes de la Norvège. Le héros des Jeux olympiques est le skieur norvégien Torleif Haug, qui a remporté deux courses (18 et 50 km) et en ski biathlon la course et le saut à ski). Aux trois médailles d’or, Torleif Haug a également ajouté le bronze (saut d’un tamplin). Ses coéquipiers l’ont soutenu: les 4 séries de récompenses, à l’exception d’une médaille de bronze, ont été attribuées à l’équipe norvégienne. La médaille de bronze dans la course de 18 km est allée au skieur finlandais T. Nick.

En bobsleigh

quatre de Suisse ont gagné.

Au hockey sur glace

les athlètes du Canada (l’équipe des Granites de Toronto) étaient sans égal, qui avaient un énorme avantage sur leurs rivaux. Ainsi, ils ont gagné contre l’équipe tchécoslovaque avec un score de 30: 0, Suisse – 33: 0. Les Canadiens ont gagné avec un score de 19: 2 contre les Britanniques, qui ont pris la troisième place. En seulement 6 matchs, les fondateurs du hockey ont marqué 110 buts contre des adversaires, ne concevant que 3 buts.

Le seul sport qui se distingue par la forte rivalité des athlètes de différents pays (Autriche, Grande-Bretagne, États-Unis, Finlande, France, Suisse, Suède) est le patinage artistique.

. Les athlètes autrichiens, plus confiants que les autres, ont remporté deux médailles d’or. La compétition féminine, qui comptait 8 participants, a été remportée par la double championne du monde X. Plank-Szabo avec un gros avantage. X. Engelman et A. Berger ont remporté le patinage en couple. Fait intéressant, X. Engelman, bien qu’avec un partenaire différent, était le champion du monde en 1913. Cependant, un exemple frappant de longévité sportive a été montré par les finalistes Louis et Walter Jacobson, de Finlande: ils ont remporté le championnat du monde pour la première fois en 1911, étaient champions des Jeux. Jeux olympiques de 1920. La patineuse artistique suédoise Gillis Grafstrom a remporté la compétition masculine..

Récompenses officielles des premiers Jeux olympiques d’hiver.

Au total, des athlètes de 10 pays sont devenus gagnants. Dans le classement par équipe non officiel avec un avantage écrasant, la victoire sur les rivaux a été remportée par les athlètes de Norvège – 122,5 points et 18 médailles (respectivement 4, 7, 7). Les seconds étaient des Olympiens finlandais – 59,5 points et 9 médailles (4, 3, 2), et le troisième étaient des athlètes américains – 26 points et 3 médailles (1, 2, 0).

(selon www.noc.by, la première place revient à l’équipe norvégienne – 17 médailles (4, 7, 6), la deuxième à la Finlande – 14 médailles (4, 7, 3) et la troisième à l’Autriche – 3 médailles (2, 1, 0)).

L’affiche officielle des premiers Jeux Olympiques d’hiver

Disciplines inscrites au programme officiel des premiers Jeux Olympiques d’hiver:

1. Bobsleigh.

Au programme de tous les Jeux, à l’exception de 1960, dans un premier temps, seule la compétition à quatre mâles a eu lieu, en 1932, ils ont ajouté le quatre masculin, et en 2002 le deux féminin..

2. Courses de patrouille militaire (manifestations).

Plus tard, ils ont été inclus dans le programme de plusieurs Jeux Olympiques d’hiver comme discipline indicative, jusqu’à ce qu’en 1960 ils soient remplacés par le biathlon.

3. Curling (démonstrations).

Il entre au programme des tout premiers Jeux Olympiques d’hiver, puis est présenté à plusieurs reprises comme discipline indicative, et depuis 1998 à nouveau comme discipline officielle. Les compétitions ont lieu dans les catégories hommes et femmes.

4. Ski.

Ils étaient au programme de tous les jeux olympiques: d’abord uniquement pour les hommes, puis pour les femmes. Les athlètes participent à 12 types de programmes (masculins et féminins): course individuelle (à différentes distances), sprint, départ groupé, course de relais et poursuite. Ski (nord) biathlon: ski de fond + saut à ski. Depuis 1988, en plus des compétitions individuelles, des compétitions par équipes sont également organisées. Et en 2002, un nouveau type de biathlon de ski est entré au programme – sprint.

5. Saut à ski

.

En 1964, des sauts du tremplin géant ont été ajoutés aux sauts «habituels», et en 1988, des compétitions par équipes. Seuls les hommes participent.

6. Patinage de vitesse.

Au début, c’était une discipline exclusivement masculine. En 1932, des femmes ont organisé des manifestations et, depuis 1960, des patineuses de vitesse participent à des compétitions officielles. Dans le programme olympique moderne, courir 500 m, 1000 m, 1500 m, 3000 m (femmes uniquement), 5000 et 10 000 (mari uniquement), ainsi que la poursuite par équipes.

7. Patinage artistique.

Le premier des sports d’hiver qui est entré dans le programme olympique – en 1908. En 1976, la danse sur glace a été ajoutée au patinage en solo (mari et femme) et en patinage en couple..

8. Hockey sur glace.

Il a fait ses débuts en tant que discipline olympique en 1920 et a été inclus dans le programme de toutes les ZOI. Depuis 1998, outre le tournoi masculin, les équipes féminines organisent également un tournoi.

JEUX OLYMPIQUES D’HIVER,

Compétitions intégrées de sports d’hiver organisées par le CIO une fois tous les 4 ans. La décision d’organiser régulièrement des Jeux Olympiques d’hiver indépendants a été prise en 1925 lors de la session du CIO à Prague. Cela a été facilité par le succès des compétitions mondiales de sports d’hiver – Semaine internationale du sport à l’occasion de la VIIIe Olympiade (1924, Chamonix, France), que le CIO a appropriée le nom de «I Jeux olympiques d’hiver»; le terme «Olympiade» n’est pas adopté dans le cadre des Jeux olympiques d’hiver, mais le nom «Olympiade blanche» est parfois utilisé dans les sports et la littérature populaire. Jusqu’en 1992, les Jeux Olympiques d’hiver ont eu lieu l’année des Jeux Olympiques d’été, depuis 1994 – au milieu du cycle olympique. Le programme de 7 sports olympiques

.

En 1924-2014, 22 Jeux Olympiques d’hiver ont eu lieu – aux États-Unis (4), en France (3), en Suisse, en Autriche, en Norvège, au Japon, en Italie, au Canada (2 chacun), en Allemagne, en Yougoslavie, en Russie (1 chacun). Le plus souvent, les capitales des Jeux Olympiques d’hiver étaient Saint-Moritz, Lake Placid et Innsbruck (2 fois chacune). En 1968, la mascotte olympique est apparue pour la première fois aux Jeux olympiques d’hiver de Grenoble. Les mêmes cérémonies ont lieu aux Jeux Olympiques d’hiver qu’aux Jeux Olympiques d’été

, allumer la flamme olympique, hisser le drapeau olympique (avec le même emblème), ouvrir et fermer les défilés, récompenser les champions olympiques et les lauréats, etc. Les records olympiques ne sont enregistrés qu’en patinage de vitesse. Le haut prestige du concours est mis en évidence par la liste des hommes d’État et couronnés qui les ont officiellement ouverts: Chamonix, 1924 – Gaston Vidal (secrétaire d’État adjoint de la France); Saint-Moritz, 1928 – Edmund Schultes (président de la Suisse); Lake Placid, 1932 – Franklin Delano Roosevelt (gouverneur de New York, États-Unis); Garmisch-Partenkirchen, 1936 – Adolf Hitler (chancelier du Reich en Allemagne); Saint-Moritz, 1948 – Enrico Celio (président de la Suisse); Oslo, 1952 – Princesse Ragnhilda (Son Altesse Royale de Norvège); Cortina d’Ampezzo, 1956 – Giovanni Gronchi (président de l’Italie); Squaw Valley, 1960 – Richard Nixon (vice-président des États-Unis); Innsbruck, 1964 – Adolf Scherf (président fédéral de l’Autriche); Grenoble, 1968 – Charles de Gaulle (président France); Sapporo, 1972 – Hirohito (empereur du Japon); Innsbruck, 1976 – Rudolf Kirshhagler (président fédéral d’Autriche); Lake Placid, 1980 – Walter Mondale (vice-président des États-Unis); Sarajevo, 1984 – Mika Shpilyak (président de la Yougoslavie) ; Calgary, 1988 – Jeanne Matilda Sovet (gouverneure générale du Canada); Albertville, 1992 – François Mitterrand (président de la France); L illehammer, 1994 – Harald V (roi de Norvège); Nagano, 1998 – Akihito (empereur du Japon); Salt Lake City, 2002 – George W. Bush (président des États-Unis); Turin, 2006 – Carlo Azello Ciampi (président de l’Italie); Vancouver, 2010 – Mikael Jean (gouverneur général du Canada); Sotchi, 2014 – Vladimir Vladimirovich Poutine (président de la Russie). Dans l’histoire des Jeux olympiques blancs, seules deux femmes les ont ouvertes (Oslo, 1952; Calgary, 1988).

Le plus grand nombre de médailles de l’histoire des Jeux Olympiques d’hiver (au 1.1.2018) a été remporté par des athlètes des équipes nationales: Russie; Norvège (22; 118, 111, 100); États-Unis (22; 96, 102, 83); Allemagne Suède (22; 50, 40, 54); Finlande (22; 42, 62, 57).

Les dates et les principaux résultats de tous les Jeux olympiques d’hiver sont indiqués dans le tableau 1. Pour les athlètes qui ont remporté le plus grand nombre de récompenses olympiques aux Jeux olympiques d’hiver, voir le tableau 2. Pour les athlètes qui ont participé à 6 Jeux olympiques blancs ou plus, voir le tableau 3.

Tableau 1. Les principaux résultats des Jeux Olympiques d’hiver organisés (Chamonix, 1924 – Sotchi, 2014)

Jeux olympiques d’hiver

Nom officiel.

Capital, dates. Le stade principal. Mascottes de jeu (depuis 1968)

Nombre de pays; les athlètes (y compris les femmes); ensembles de médailles jouées dans le sport

Athlètes les plus performants

(médailles d’or, d’argent, de bronze)

Pays ayant remporté le plus de médailles (or, argent, bronze)

I Jeux olympiques d’hiver. Chamonix, 25.1-5.2.1924. Stade olympique (45 mille sièges)

16;

258 (11);

16 sur 9

K. Tunberg (Finlande; 3, 1, 1);

T. Haug (Norvège; 3, 0, 0); Yu. Skutnab (Finlande; 1, 1, 1)

Norvège (4, 7, 6); Finlande (4, 4, 3); Autriche (2, 1, 0); Suisse (2, 0, 1); États-Unis (1, 2, 1)

IIes Jeux Olympiques d’hiver. Saint-Moritz, 11.2-19.2.1928. Parc Badrutts

25;

464 (26);

14 sur 6

K. Tunberg (Finlande; 2, 0, 0);

J. Grettumsbroten (2, 0, 0) et B. Evensen (1, 1, 1; les deux – Norvège)

Norvège (6, 4, 5); États-Unis (2, 2, 2); Suède (2, 2, 1); Finlande (2, 1, 1); France et Canada (1, 0, 0 chacun)

IIIes Jeux Olympiques d’hiver. Lake Placid, 4.2–15.2.1932. Stade olympique (7,5 mille sièges)

17;

252 (21);

14 sur 4

J. Shea et I. Jeffy (2, 0, 0; les deux – USA)

États-Unis (6, 4, 2); Norvège (3, 4, 3); Suède (1, 2, 0); Canada (1, 1, 5); Finlande (1, 1, 1)

IVes Jeux Olympiques d’hiver. Garmisch-Partenkirchen, 6.2-16.2.1936. « Olympia-Skistadion » (« Olympia-Skistadion »; 35 mille places)

28;

646 (80);

17 sur 4

I. Ballangrud (3, 1, 0) et O. Hagen (1, 2, 0; tous deux Norvège); B. Vasenius (Finlande; 0, 2, 1)

Norvège (7, 5, 3); Allemagne (3, 3, 0); Suède (2, 2, 3); Finlande (1, 2, 3); Suisse (1, 2, 0)

V Jeux olympiques d’hiver. Saint-Moritz, 30.1–8.2.1948. Parc Badruts

28; 669 (77); 22 sur 4

A. Oreier (France; 2, 0, 1);

M. Lundström (Suède; 2, 0, 0)

Suède (4, 3, 3); Norvège (4, 3, 3); Suisse (3, 4, 3); États-Unis (3, 4, 2); France (2, 1, 2)

VIes Jeux Olympiques d’hiver. Oslo, 14.2-25.2.1952. « Bislett » (« Bislett »; St. 15 mille places)

30;

694 (109);

22 sur 6

J. Andersen (Norvège; 3, 0, 0); A. Mid-Lawrence (États-Unis; 2, 0, 0); L. Nieberl et A. Ostler (les deux – Allemagne; 2, 0, 0 chacun)

Norvège (7, 3, 6); États-Unis (4, 6, 1); Finlande (3, 4, 2); Allemagne (3, 2, 2); Autriche (2, 4, 2)

VIIes Jeux Olympiques d’hiver. Cortina d’Ampezzo, 26.1-5.2.1956. Stade olympique (12 mille sièges)

32;

821 (134);

24 en 4

A. Sailer (Autriche; 3, 0, 0); E.R. Grishin (URSS; 2, 0, 0); S. Jernberg (Suède;

1, 2, 1); V. Hakulinen (Finlande;

1, 2, 0); P.K. Kolchin (URSS; 1, 0, 2)

URSS (7, 3, 6); Autriche (4, 3, 4); Finlande (3, 3, 1); Suisse (3, 2, 1); Suède (2, 4, 4)

VIIIes Jeux Olympiques d’hiver. Squaw Valley, 18.2-28.2.1960. Blyth Arena (Blyth Arena; 8,5 mille sièges)

30;

665 (144);

27 sur 4

L.P. Skoblikova et E.R. Grishin (tous deux – URSS; 2, 0, 0 chacun); V. Hakulinen (Finlande; 1, 1, 1)

URSS (7, 5, 9); OGK * (4, 3, 1); États-Unis (3, 4, 3); Norvège (3, 3, 0); Suède (3, 2, 2)

IXes Jeux Olympiques d’hiver. Innsbruck, 29.1–9.2.1964. «Bergisel» («Bergisel»; jusqu’à 28 000 places)

36;

1091 (199);

34 sur 6

L.P. Skoblikova (4, 0, 0) et

K. S. Boyarsky (3, 0, 0; les deux – URSS);

Torleif Haug

E. Mäntyranta (Finlande; 2, 1, 0); S. Jernberg (Suède; 2, 0, 1)

URSS (11, 8, 6); Autriche (4, 5, 3); Norvège (3, 6, 6); Finlande (3, 4, 3); France (3, 4, 0)

X Jeux olympiques d’hiver. Grenoble, 6.2-18.2.1968. Ledigier (Lesdiguie

̀

res « ; env. 12 mille places). Skier Schuss (non officiel)

37;

1158 (211);

35 sur 6

J. C. Killy (France; 3, 0, 0); T. Gustafsson (Suède; 2, 1,0)

Norvège (6, 6, 2); URSS (5, 5, 3); France (4, 3, 2); Italie (4, 0, 0); Autriche (3, 4, 4)

XIes Jeux Olympiques d’hiver. Sapporo, 3.2-13.2.1972. Makomanai (20 mille places)

35;

1006 (205);

35 sur 6

G. A. Kulakova (URSS; 3, 0, 0); A. Schenk (Pays-Bas; 3, 0, 0); V.P. Vedenin (URSS; 2, 0, 1); M.T. Nadig (Suisse; 2, 0, 0)

URSS (8, 5, 3); RDA (4, 3, 7); Suisse (4, 3, 3); Pays-Bas (4, 3, 2); États-Unis (3, 2, 3)

XIIes Jeux Olympiques d’hiver. Innsbruck, 4.2-15.2.1976. « Bergisel » (jusqu’à 28 mille places). Snowman Olympiamandl

37;

1123 (231);

37 sur 6

T. B. Averina (URSS; 2, 0, 2);

R. Mittermeier (Allemagne; 2, 1, 0);

N.K. Kruglov (URSS; 2, 0, 0);

B. Hermeshausen et M. Nemer (les deux – RDA; 2, 0, 0 chacun)

URSS (13, 6, 8); RDA (7, 5, 7); États-Unis (3, 3, 4); Norvège (3, 3, 1); Allemagne (2, 5, 3)

XIIIes Jeux Olympiques d’hiver. Lake Placid, 13.2-24.2.1980. «Lake Placid Equistrian Stadium» («Lake Placid Equestrian Stadium»; hippodrome; 30 000 places). Roni Raccoon

37;

1072 (232);

38 sur 6

E. Hayden (États-Unis; 5, 0, 0);

N. S. Zimyatov (URSS; 3, 0, 0);

H. Wenzel (Liechtenstein; 2, 1, 0); A. N. Alyabyev (URSS; 2, 0, 1)

URSS (10, 6, 6); RDA (9, 7, 7); États-Unis (6, 4, 2); Autriche (3, 2, 2); Suède (3, 0, 1)

XIVes Jeux Olympiques d’hiver. Sarajevo, 8.2-19.2.1984. Koshevo (Koš

evo « ; 37,5 milliers de places). Teen Wolf

49; 1272 (274); 39 sur 6

M. L. Hämäläinen (Finlande; 3, 0, 1); K. Enke (RDA; 2, 2, 0); G. Swan (Suède; 2, 1, 1); G. Boucher (Canada; 2, 0, 1)

RDA (9, 9, 6); URSS (6, 10, 9); États-Unis (4, 4, 0); Finlande (4, 3, 6); Suède (4, 2, 2)

XVes Jeux Olympiques d’hiver. Calgary, 13.2-28.2.1988. « McMahon » (« McMahon »; 35,6 mille places). Ours blanc Heidi et Howdy

57;

1423 (301);

46 sur 6

I. van Gennip (Pays-Bas; 3, 0, 0); M. Nyukyanen (Finlande; 3, 0, 0);

T.I. Tikhonova (URSS; 2, 1, 0)

URSS (11, 9, 9); RDA (9, 10, 6); Suisse (5, 5, 5); Finlande (4, 1, 2); Suède (4, 0, 2)

XVIes Jeux Olympiques d’hiver. Albertville, 8.2-23.2.1992. Théâtre de cérémonies (Thé

atre des Cérémonies « ; 35 mille places). Mountain Elf Magik

64;

1801 (488);

57 sur 7

L. I. Egorova (OK **; 3, 2, 0); B. Delhi et V. Ulwang (Norvège, 3, 1, 0 chacun); M. Kirchner et G. Nimann (tous deux en Allemagne; 2, 1, 0 chacun)

Allemagne (10, 10, 6); OK ** (9, 6, 8); Norvège (9, 6, 5); Autriche (6, 7, 8); États-Unis (5, 4, 2)

XVIIes Jeux Olympiques d’hiver. Lillehammer, 12.2-27.2.1994. Lusgordsbakken (Lysgå

rdsbakken « ; 40 mille places). Poupées folkloriques Haakon et Christine

67;

1737 (522);

61 sur 6

L. I. Egorova (Russie; 3, 1, 0); J.O. Koss (Norvège; 3, 0, 0); M. Di Centa (Italie; 2, 2, 1)

Russie (11, 8, 4); Norvège (10, 11, 5); Allemagne (9, 7, 8); Italie (7, 5, 8); États-Unis (6, 5, 2)

XVIIIes Jeux Olympiques d’hiver. Nagano, 7.2-22.2.1998. Stade olympique (30 000 sièges). Hiboux Sukki, Nokki, Lecca, Zucchini

72;

2.176 (787);

68 sur 7

L. E. Lazutina (Russie; 3, 1, 1); Delhi (Norvège; 3, 1, 0); O. V. Danilova (Russie; 2, 1, 0); K. Funaki (Japon;

2, 1, 0)

Allemagne (12, 9, 8); Norvège (10, 10, 5); Russie (9, 6, 3); Canada (6, 5, 4); États-Unis (6, 3, 4)

XIXes Jeux Olympiques d’hiver. Salt Lake City, 8.2-24.2.2002. «Rice-Eccles» («Rice-Eccles»; 45 mille places). Poudre de lièvre, cuivre coyote, ours Cole

78; 2399 (886); 75 sur 7

O. E. Björndalen (Norvège; 4, 0, 0); J. Kostelic (Croatie; 3, 1, 0);

S. Lajunen (Finlande; 3, 0, 0)

Norvège (13, 5, 7); Allemagne (12, 16, 8); États-Unis (10, 13, 11); Canada (7, 3, 7); Russie (5, 4, 4)

XXes Jeux Olympiques d’hiver. Turin, 10.2-26.2.2006. Stade olympique (28 000 sièges). Snowball Neve et cube de glace Plitz

80;

2508 (960);

84 sur 7

An Hyun-soo (3, 0, 1) et Chin Sung-yoo (3, 0, 0; République de Corée); M. Greis (Allemagne; 3, 0, 0); F. Gottwald (Autriche; 2, 1, 0)

Allemagne (11, 12, 6); États-Unis (9, 9, 7); Autriche (9, 7, 7); Russie (8, 6, 8); Canada (7, 10, 7)

XXIes Jeux Olympiques d’hiver. Vancouver, 12.2-28.2.2010. BC Place (BC Place; environ 60 mille places). Épaulard Miga, Ours de mer de Kuatchi, Faucon de Sumi

82;

2566 (1044);

86 sur 7

M. Björgen (Norvège; 3, 1, 1); Wang Meng (Chine; 3, 0, 0); P. Nortug (2, 1, 1) et E. H. Svendsen (2, 1, 0; les deux – Norvège); M. Neuner (Allemagne; 2, 1,0)

Canada (14, 7, 5); Allemagne (10, 13, 7); États-Unis (9, 15, 13); Norvège (9, 8, 6); République de Corée (6, 6, 2)

XXIIes Jeux Olympiques d’hiver. Sotchi, 7.2-23.2.2014. Fisht (40 mille places). Ours blanc, léopard, lapin

88;

2780 (1120);

98 sur 7

V. An (An Hyun-soo; Russie; 3, 0, 1);

D.V. Domracheva

(Bélarus; 3, 0, 0);

M. Björgen (3, 0, 0);

I. Wust (Pays-Bas; 2, 3, 0);

S. Kramer (Pays-Bas; 2, 1, 0);

M. Fourcade (France; 2, 1, 0).

Russie (13, 11, 9); Norvège (11, 5, 10); Canada (10, 10, 5); États-Unis (9, 7, 12); Pays-Bas (8, 7, 9).

* Équipe unie allemande.

** Équipe conjointe de pays de l’ex-URSS.

Tableau 2. Athlètes ayant remporté le plus de victoires aux Jeux olympiques d’hiver (Chamonix, 1924 – Sotchi, 2014).

Athlète,

le pays

Le sport,

années de participation

Médailles

or

argent

bronze

O. E. Björndalen,

La Norvège

Le biathlon,

1998-2014

8

4

1

Delhi,

La Norvège

Ski de fond,

1992-1998

8

4

M. Björgen,

La Norvège

Ski de fond,

2002-2014

6

3

1

L. I. Egorova,

La russie

Ski de fond,

1992-1994

6

3

W. An (An Hyun-soo) *,

La russie

Courte piste,

2006, 2014

6

2

L.P. Skoblikova,

URSS

Patinage de vitesse,

1960-1964

6

C. Pechstein,

Allemagne

Patinage de vitesse,

1992-2006

5

2

2

L. E. Lazutina,

La russie

Ski de fond,

1992-1998

5

1

1

C. Thunberg,

La Finlande

Patinage de vitesse,

1924-1928

5

1

1

T. Alsgord,

La Norvège

Ski de fond,

1994-2002

5

1

B. Blair,

USA

Patinage de vitesse,

1988-1994

5

1

E. Hayden,

USA

Patinage de vitesse,

1980

5

R. P. Smetanina,

URSS

Ski de fond,

1976–1992

4

5

1

S. Yernberg,

La Suède

Ski de fond,

1956–1964

4

3

2

R. Gross,

Allemagne

Le biathlon,

1992-2006

4

3

1

I. Wust,

Pays-bas

Patinage de vitesse,

2006-2014

4

3

1

G. A. Kulakova,

URSS

Ski de fond,

1972-1980

4

2

2

C. A. Omodod,

La Norvège

Ski alpin,

1992-2006

4

2

2

S. Fisher,

Allemagne

Le biathlon,

1994-2006

4

2

2

Ballangrud,

La Norvège

Patinage de vitesse,

1928–1936

4

2

1

J. Kostelich,

La Croatie

Ski alpin,

2002-2006

4

2

Van man,

La Chine

Courte piste,

2006-2010

4

1

1

G. Swan,

La Suède

Ski de fond,

1984-1988

4

1

1

E.H. Svendsen,

La Norvège

Le biathlon,

2010-2014

4

1

E.R. Grishin,

URSS

Patinage de vitesse,

1956–1964

4

1

J.O. Koss,

La Norvège

Patinage de vitesse,

1992-1994

4

1

K. Cuske,

Allemagne

Bobsleigh,

2002-2010

4

1

A. Lange,

Allemagne

Bobsleigh,

2002-2010

4

1

M. Nyukyanen,

La Finlande

Saut à ski,

1984-1988

4

1

N. S. Zimyatov,

URSS

Ski de fond,

1980-1984

4

1

A. I. Tikhonov,

URSS

Le biathlon,

1968-1980

4

1

Jung Lee Kyung (Jung Lee Kyung),

République de Corée

Courte piste,

1994-1998

4

1

Amman,

La Suisse

Saut à ski,

2002-2010

4

T. Wassberg,

La Suède

Ski de fond,

1980-1988

4

*

En 2006 (Turin) a joué pour l’équipe nationale de la République de Corée.

3 médailles d’or olympiques remportées chacune aux Jeux olympiques d’hiver. 50 athlètes (au 1.1.2018), y compris des représentants de la Russie (y compris l’URSS): K. S. Boyarsky

, E.V. Vyalbe

, N.V. Gavrylyuk

, V. S. Davydov

, V. G. Kuzkin

, A.P. Ragulin

, A. A. Reztsova

, I.K. Rodnina

, V.A. Tretyak

, A.V. Firsov

, A.V. Khomutov

, Yu. A. Chepalova

.

Tableau 3. Athlètes s’exprimant lors de 6 Jeux Olympiques d’hiver ou plus (au 1.1.2018)

Athlète (année de naissance),

le pays

La quantité

Le sport

Années de participation

Médailles

or

argent

bronze

A.M. Demchenko (né en 1971), Russie

7

La luge

1992-2014

3

N. Kasai

(né en 1972), Japon

7

Saut à ski

1992-2014

2

1

C. Coates (né en 1946), Australie

6

Patinage de vitesse

1968-1988

M. L. Kirvesniemi

(né en 1955), Finlande

6

Ski de fond

1976–1994

3

4

A. Eder (né en 1953), Autriche

6

Le biathlon

1976–1994

M. Dixon

(né en 1962), Grande-Bretagne

6

Ski de fond et biathlon

1984-2002

I. Bricis

(né en 1970), Lettonie

6

Le biathlon

1992–2010

M. Buchel

(né en 1971), Liechtenstein

6

Ski alpin

1992–2010

A. Veerpalu (né en 1971), Estonie

6

Ski de fond

1992–2010

2

1

A. Orlova

(né en 1972), Lettonie

6

La luge

1992–2010

E. Radanova * (né en 1977), Bulgarie

6

Courte piste; cyclisme

1994-2010; 2004

2

1

C. Hughes *

(né en 1972), Canada

6

Cyclisme

patinage de vitesse

1996, 2000, 2012; 2002-2010

1

1

4

H. von Hohenlohe (né en 1959), Mexique

6

Ski alpin

1984–94, 2010, 2014

C. Pechstein (né en 1972), Allemagne

6

Patinage de vitesse

1992-2006, 2014

5

2

2

T. Selanne

(né en 1970), Finlande

6

Hockey sur glace

1992, 1998-2014

1

3

J. Ahonen

(né en 1977), Finlande

6

Saut à ski

1994-2014

2

O. E. Björndalen (né en 1974),

La Norvège

6

Le biathlon

1994-2014

8

4

1

S. N. Dolidovich

(né en 1973), Bélarus

6

Ski de fond

1994-2014

T. Lodwick

(né en 1976), États-Unis

6

Combiné nordique

1994-2014

1

Lee Gyu Hyuk

(né en 1978), République de Corée

6

Patinage de vitesse

1994-2014

A. Zöggler

(né en 1974), Italie

6

La luge

1994-2014

2

1

3

M. Shteher (né en 1977), Autriche

6

Combiné nordique

1994-2014

2

2

H. Wickenheiser * (né en 1978), Canada

6

Hockey sur glace; balle molle

1998-2014; 2000

4

1

R. Helminen

(né en 1964), Finlande

6

Hockey sur glace

1984-2002

1

2

E. Hunyadi

(né en 1966), Hongrie (1), Autriche (5)

6

Patinage de vitesse

1984-2002

1

1

1

G. Weissensteiner (né en 1969)

6

Luge et bobsleigh

1988-2006

1

1

G. Hackle

(né en 1966), Allemagne (1), Allemagne (5)

6

La luge

1988-2006

3

2

W. Huber

(né en 1970), Italie

6

La luge

1988-2006

1

S.V. Chepikov

(né en 1967), Russie

6

Ski biathlon

1988-2006

2

3

1

K. Neumanova *

(né en 1973), Tchécoslovaquie, (1), République tchèque (5)

6

Ski de fond; VTT

1992-2006; 1996

1

4

1

* L’athlète a également joué aux Jeux Olympiques.